Singapour serait la ville la plus intelligente du monde, d’après le classement "Smart city Juniper Research 2016". Plus de 40 critères ont été pris en compte pour arriver à cette conclusion. La technologie, le transport, l’énergie ou encore l’économie font partie des secteurs étudiés pour l’occasion.

Cette réussite découle notamment d’une volonté politique forte. Le Premier ministre Lee Hsien Loong a lancé le programme Smart Nation fin 2014 pour capitaliser sur la technologie déjà en place et améliorer la digitalisation des services administratifs, entre autres.

Grâce à l’analyse de données, la "Suisse d’Asie" s’est perfectionnée en termes de mobilité et d’énergie. Sa première stratégie consiste à dissuader les Singapouriens d’utiliser la voiture et pour cela, rien de tel que d’améliorer les transports publics. Il y a trois ans, le trafic était congestionné à la fois sur les routes et dans les métros aux heures de pointe. Pour y remédier, la gratuité des transports pour ceux qui arrivent à destination avant 7h45 a été instaurée… et ça marche, beaucoup de gens ont changé leurs habitudes et vont travailler plus tôt.

C’est grâce à ce type d’initiatives que Singapour est devenu l’un des leaders en matière de réseaux de transport.

Première ville au monde à mettre en place un système de collecte électronique de péage avec des prix variant en fonction de la circulation, Singapour a continué sur sa lancée avec des investissements conséquents concernant les parkings intelligents et les voitures autonomes en signant un protocole d’accord de 5 ans en août 2014 pour lancer l’Initiative de Singapour pour véhicules autonomes (SAVI). En attendant que cela se concrétise, Singapour mise sur mille véhicules électriques partagés pour dissuader encore davantage les résidents d’acquérir un véhicule. Depuis son indépendance en 1965, la cité-Etat a beaucoup évolué et les mentalités ont suivi. En apposant une couche d’intelligence artificielle sur les connaissances puisées dans le Big Data, Singapour a été capable d’automatiser un grand nombre de services de manière rationnelle et efficiente, en brassant une large quantité de données et en les présentant sous une forme accessible au grand public.Benoît Octave