Les actions syndicales chez AB InBev n'ont pas encore conduit à des problèmes d'approvisionnement dans les supermarchés. Carrefour dispose encore de produits AB InBev jusqu'aù week-end. Delhaize dispose encore de stocks pour 2 à 3 jours. Chez Delhaize, on a précisé que des "problèmes potentiels sur quelques produits" sont possibles d'ici 2 à 3 jours.

La brasserie d'Hoegaarden est aussi bloquée

Le mouvement de protestation lancé en Belgique contre la restructuration du géant mondial de la bière AB InBev s'est étendu à un troisième site de production, a rapporté mardi l'agence Belga, alors que les stocks diminuent dans les rayons des supermarchés.

La brasserie d'Hoegaarden, dans le centre de la Belgique, est bloquée par des employés qui empêchent les camions de rentrer ou de sortir du site où est produite la "Blanche", l'un des produits phares d'InBev, selon l'agence de presse belge.

Il s'agit d'un durcissement d'un mouvement entamé dès l'annonce par InBev la semaine dernière de la suppression de 263 emplois sur les quelque 2.700 que compte le groupe en Belgique. Plus largement, InBev a annoncé son intention de supprimer 10% de sa main d'oeuvre en Europe occidentale, soit 800 de ses quelque 8.000 employés.

Les salariés belges bloquent depuis la fin de la semaine dernière les deux grands sites historiques du groupe en Belgique, la brasserie de Louvain (centre), où est produite la Stella Artois, et celle de Jupille, près de Liège (est), qui brasse la Jupiler.

Alors que syndicats et directions ne devraient pas se rencontrer avant jeudi, les stocks diminuent dans les chaînes de supermarchés. "Des problèmes sur quelques produits" sont possibles d'ici 2 à 3 jours, a indiqué mardi la chaîne de grande distribution Delhaize.

"Dans les centrales d'approvisionnement de la grande distribution, des problèmes apparaissent d'ores et déjà en ce qui concerne les marques à forte rotation", avait indiqué lundi une porte-parole de la direction d'InBev.

La direction du groupe belgo-américano-brésilien explique cette restructuration par une diminution de la consommation de bière en Europe occidentale. Les syndicats estiment que l'entreprise cherche avant tout à augmenter ses profits alors qu'elle n'est pas affectée par la crise économique.

Près d'un millier de Luxembourgeois s'étaient réunis lundi soir dans la ville de Diekirch (nord) pour protester contre la délocalisation de la production de la bière locale vers la Belgique décidée par InBev.