La banque britannique Barclays et la néerlandaise ABN Amro espèrent conclure rapidement leur mariage, alors que l'annonce de leurs discussions exclusives continue de soutenir leurs titres en Bourse.

En principe la période d'exclusivité est de 30 jours, mais les choses pourraient aller vite. Les deux banques ont annoncé mardi avoir déjà réglé des questions clés de la répartition des rôles au sein de la direction et de la localisation du siège de nouvelle entité qui deviendra la deuxième banque européenne avec une capitalisation de plus de 80 milliards de livres (120 milliards d'euros). Elle serait cotée à Londres avec cotation secondaire à Amsterdam, son président serait nommé par ABN Amro et son directeur général par Barclays, son siège serait à Amsterdam. Barclays n'a pas commenté les raisons du communiqué, indiquant qu'il répondait à une demande du régulateur néerlandais.

ABN Amro tiendra son assemblée générale le 26 avril et devra répondre au plus tard à ce moment-là aux critiques de son remuant actionnaire TCI, le hedge fund britannique qui a demandé en février son démantèlement pour accroître sa valeur en Bourse. TCI a déclaré mardi espérer qu'ABN Amro examinerait d'autres offres éventuelles afin "d'obtenir le meilleur résultat pour les actionnaires".

Des analystes estiment que HSBC, Royal Bank of Scotland et Santander pourraient générer des synergies plus importantes et payer plus cher pour s'emparer de la banque néerlandaise. Certains d'entre eux disent s'attendent en moyenne à un prix de 33 €/action pour l'OPA de Barclays, leurs estimations s'échelonnant de 31,3 à 35 €. Ce prix moyen représenterait une prime de 7 pc par rapport au cours actuel (30,90 €). (AFP et Reuters)

© La Libre Belgique 2007