Entreprises & Start-up La chute du cours de l'entreprise GoPro sur le Nasdaq (-12% à l'ouverture ce lundi) prouve bien qu'une simple déclaration peut rapidement plomber une entreprise cotée en bourse. La "faute" à qui ? Celle de Jean-Louis Moncet.

Au micro d'Europe 1, le spécialiste de la F1 sur Canal + (et anciennement sur TF1) est monté au créneau la semaine passée pour s'en prendre à l'entreprise américaine quant à son rôle dans l'accident de Michael Schumacher. "Ce n'est pas le choc, mais le pilier de la GoPro qu'il avait sur son casque qui a abîmé son cerveau" (à partir de 6 min 20 dans la vidéo ci-dessous) .


Cette déclaration, qui n'a rien d'officielle et qui ne fait qu'ébruiter des hypothèses, a été largement relayée. Pourtant, rien n'indique pour le moment que la GoPro ait aggravée le cas du pilote. Certes, ce n'est pas première fois que GoPro est cité dans cette affaire. Le site des Echos rappelle, en effet, que la justice avait saisi la caméra cinq jours après le drame. Mais le quotidien allemand 'Die Welt"avait aussi affirmé en février dernier que la caméra était finalement hors de cause. L'appareil avait ainsi été retrouvé intact et le casque était endommagé du côté droit alors que la GoPro était semble-t-il au centre de ce dernier.

Une (mauvaise) publicité dont l'entreprise introduite en Bourse en juin dernier se serait bien passée. Selon Le Huffington Post , son cours s'était apprécié de 150% en seulement quatre mois.

Le pilote allemand semble quant à lui reprendre lentement conscience auprès de sa famille dans son domicile de Gland en Suisse.