Coca-Cola European Partners Belgium, responsable belge de l'embouteillage et de la distribution des boissons du géant américain, et les organisations syndicales ont trouvé un terrain d'entente ce vendredi, a appris La Libre.

Au terme d'une nouvelle journée de blocages dans les centres de distribution, les représentants de Coca-Cola European Partners Belgium et les représentants des travailleurs (Setca, CSC, ABVV et ACV Puls) ont conclu un accord de principe sur les conditions d'arrêt de la grève, suite aux mouvements sociaux des trois derniers jours.

Aucun employé ne sera occupé durant ce week-end pour effectuer des livraisons aux clients. Jusqu'à la prochaine concertation sociale, et ce au plus tard le 15 janvier 2020, les heures supplémentaires dans le département logistique seront évitées. Et les chauffeurs conventionnels de en CDD depuis l'annonce de la restructuration en janvier de cette année peuvent "exceptionnellement faire appel au plan social".

La direction de l'embouteilleur de Coca-Cola a demandé en échange la cessation des actions et la reprise des activités normales de travail dans tous les départements ainsi que le maintien du dialogue social.

Pour Didier Lebbe, permanent CNE, "Coca-Cola doit arrêter de restructurer ses activités pour précariser les emplois de ses travailleurs. Une multinationale qui agit de la sorte expose concrètement ce qu'elle a comme respect pour les travailleurs".

Les centres de distribution de Coca-Cola en Wallonie, à Heppignies et Chaudfontaine, ainsi qu'en Flandra, à Gand, Anvers et Hasselt, étaient depuis mercredi touchés par des blocages en raison de la réorganisation. Pour rappel, le géant américain veut fermer deux de ses cinq centres, à Heppignies, dans la région de Charleroi, et à Hasselt.