Elle n'a pas souhaité s'étendre sur le contenu de l'accord. Selon le syndicat socialiste BBTK, la direction a fait des compromis, pour limiter la charge de travail des managers de magasin, dans l'attente d'une discussion nationale mi-septembre. Il s'agissait ici d'une rencontre à la suite d'actions dans des magasins situés en Flandre orientale. Selon les syndicats, un problème de charge de travail trop élevée se pose depuis longtemps et ils jugent les compensations insuffisantes en ces temps de crise sanitaire.

"Les discussions entre les syndicats et la direction se sont déroulées de manière constructive", a indiqué le porte-parole d'Aldi Belgique Dieter Snoeck. "Un accord a été trouvé sur ces points, mais nous ne pouvons pas entrer dans les détails."

Les syndicats ont confirmé l'existence d'un accord préliminaire, et n'appellent dès lors pas à de nouvelles actions avant les négociations nationales prévues les 17 et 18 septembre. "D'ici là, les managers auront plus de latitude pour comptabiliser correctement les heures. Ce qui est essentiel pour gérer la charge de travail", a indiqué Karen Van de Voorde, du BBTK. "La valeur des chèques-repas sera aussi augmentée à 8 euros par jour jusque fin septembre. Et cette mesure concerne tout le pays. Des mesures concernant la sécurité face au nouveau coronavirus sont aussi prévues."