L'entreprise de travail intérimaire Adecco a annoncé mercredi la suppression de 150 emplois (équivalents temps plein) dans un communiqué, en raison de "l'important impact de la récession économique ainsi que (du) recul important du secteur de l'intérim". Les modalités de ces suppressions d'emploi restent à déterminer, mais des licenciements secs ne sont pas exclus. Adecco "investira son expertise RH au maximum pour replacer les travailleurs touchés", ajoute cependant le communiqué.

"L'objectif est de maintenir intact autant que possible notre réseau d'agences. Les économies se feront surtout au siège, au sein du middle management et de l'administration", a précisé Jan Van Cauwelaert, directeur financier de l'entreprise.

Récemment, Adecco Belgique avait déjà annoncé une série de mesures destinées à faire face à la crise, tels que l'arrêt des engagements, la possibilité de travail à temps partiel, le congé sans solde, la mobilité interne et une modification de sa stratégie de vente. Le groupe souhaite achever la restructuration d'ici la fin de l'année.

La maison-mère suisse d'Adecco Belgique a présenté mercredi des résultats en nette baisse pour l'exercice 2008, avec un bénéfice en diminution de 33%, à 495 millions d'euros et un chiffre d'affaires en baisse de 5%, à 20 milliard d'euros. En Belgique, la baisse du chiffre d'affaires a atteint 6%, ajoute encore le communiqué. Adecco emploie quelque 800 personnes en Belgique et compte 150 agences.