Le groupe de distribution néerlandais Ahold a annoncé vendredi avoir dégagé un bénéfice net de 210 millions d'euros au troisième trimestre. L'année précédente, il avait subi une perte de 236 millions d'euros pour la même période.

Le troisième trimestre 2005 avait été marqué par la provision de 896 millions d'euros décidée par la direction pour satisfaire à l'arrangement financier conclu avec les actionnaires, à la suite du scandale comptable de 2003, qui avait failli signifier la faillite du groupe. Au troisième trimestre, le bénéfice opérationnel s'est établi à 273 millions d'euros, à comparer à une perte de 642 millions d'euros un an plus tôt, indique Ahold dans un communiqué. Sans compter la provision passée au troisième trimestre 2005, le bénéfice d'exploitation a progressé de 7,5 pc, ajoute le groupe.

Début novembre, la direction avait déjà annoncé un chiffre d'affaires pour le troisième trimestre de 10,320 milliards d'euros, en hausse de 0,7 pc en glissement annuel. Le groupe précise qu'à taux de change constants, la hausse du chiffre d'affaires est de 3,7 pc. Selon le communiqué, US Foodservice, filiale américaine du groupe, essentiellement active dans la distribution de repas et dont la direction d'Ahold a annoncé en novembre la mise en vente, a enregistré un chiffre d'affaires en hausse de 5 pc, à 4,5 milliards de dollars.

Un "grand défi" fin 2006

Au troisième trimestre, le cash-flow du groupe, avant financements, était de 205 millions d'euros, soit 111 millions d'euros de moins qu'un an plus tôt, principalement à la suite de la baisse des bénéfices dégagés sur les désinvestissements. La dette nette d'Ahold à la fin du trimestre était de 5,1 milliards d'euros, soit 25 millions de moins qu'à la fin du trimestre précédent.

Pour l'ensemble de l'année et sur la totalité du groupe, la direction table sur un chiffre d'affaires en hausse de 2,5 à 3 pc dans ses activités de distribution.

"Comme nous nous y attendions, le troisième trimestre a représenté un plus grand défi que le précédent pour la distribution aux Etats-Unis. C'est la conséquence d'une concurrence accrue et de conditions économiques plus faibles qui ont pesé sur les marges. Nous nous attendons à ce que le quatrième trimestre soit un plus grand défi encore", a déclaré le PDG du groupe, Anders Moberg. Le bénéfice par action pour le troisième trimestre s'est établi à 0,13 euro, contre une perte de 0,15 euro pour la même période de 2005. (AFP)

© La Libre Belgique 2006