Après avoir listé l'ensemble des investissements nécessaires à la création d'une entreprise, la question du financement se pose rapidement, tout comme celle des aides financières.

Le candidat entrepreneur peut compter, en Wallonie, sur de l'accompagnement individuel (dispositif des chèques-entreprises), des facilités d'emprunt auprès de ses proches ou encore des aides financières.

Les chèques-entreprises permettent au porteur de projet d'être accompagné par des opérateurs agréés et professionnels à un tarif réduit. Les conseils de ces spécialistes en création d'entreprise se révèlent très précieux pour structurer le projet et en analyser la faisabilité financière.

Pour réunir les fonds nécessaires au démarrage de son activité, le porteur de projet peut notamment envisager le prêt coup de pouce. Ce dispositif officialise un prêt d'argent entre deux personnes qui ont un lien soit d'amitié soit familial. L'opération offre un avantage fiscal au prêteur et un crédit à taux avantageux au starter.

Airbag et partenaires

En matière d'aides financières publiques, le candidat entrepreneur peut avoir recours au dispositif Airbag.

D'un montant de 12.500 euros (libéré sur deux ans), cette aide concerne le lancement d'une activité à titre principal et touche des profils bien spécifiques, qui sont détaillés sur le site du Forem.

II s'agit, par exemple, de l'indépendant actif à titre complémentaire depuis trois ans qui souhaite passer à titre principal, ou du porteur de projet détenteur soit d'un diplôme supérieur à orientation économique soit d'un diplôme obtenu à l'IFAPME et désireux de s'installer pour la première fois à titre principal.

Pour connaître l'ensemble des publics cibles éligibles et introduire une demande d'Airbag, l'idéal est une fois encore de se faire accompagner par des spécialistes en création d'entreprise.

Le porteur de projet peut aussi obtenir de l'argent via des partenaires publics comme la Sowalfin. La Société wallonne de financement intervient soit en cofinancement d'un crédit d'investissement consenti par une banque, soit sous forme de cautionnement, en garantissant les montants engagés.

À noter que certaines aides sont accessibles uniquement si le starter est accompagné par un organisme agréé.