En 2019, Air Canada avait dégagé un bénéfice net de 1,4 milliard de dollars. Le chiffre d'affaires du premier transporteur canadien a ainsi chuté de 70 %, à 5,8 milliards de dollars en 2020, contre 19,1 milliards l'année précédente.

Ces résultats viennent "clore l'année la plus sombre de toute l'histoire de l'aviation commerciale, alors même qu'Air Canada rapportait depuis plusieurs exercices des résultats sans précédent et une croissance record", souligne Calin Rovinescu, PDG sortant d'Air Canada."La pandémie de COVID-19 ainsi que les restrictions de déplacements et les mesures de mise en quarantaine imposées par les gouvernements ont eu des répercussions catastrophiques sur l'ensemble de notre réseau".

50 % de l'effectif licencié 

Air Canada a notamment dû licencier plus de 20.000 salariés ou 50 % de son effectif, entraînant par conséquent "le démantèlement du réseau mondial dont l'élaboration avait exigé une décennie", note le PDG. Pour le quatrième trimestre clos le 31 décembre, Air Canada a subi une perte de près de 1,2 milliard de dollars, après un bénéfice net de 152 millions un an auparavant.

Hors éléments exceptionnels et ramenée à une action, la perte pour le trimestre est ressortie à 3,91 dollars, soit 1,19 dollar de plus qu'attendu par la moyenne des analystes. Le nombre de passagers transportés a chuté de près de 87 % au quatrième trimestre, à 1,6 million, et de 73 % pour l'ensemble de 2020, à 13,7 millions.

Face à cette situation, Air Canada a réduit sa capacité (exprimée en sièges-kilomètres offerts) de 67 % en 2020 par rapport à l'année précédente. Et elle prévoit que la réduction au premier trimestre 2021 sera d'environ 83 % par rapport à la même période de 2020.

Rachat de Transat A.T. ?

Pour 2021, "l'incertitude demeure", selon le PDG, avec l'apparition de nouveaux variants du virus, plus contagieux, mais les nouvelles sur les capacités de dépistage et les vaccins sont encourageantes et laissent entrevoir le bout du tunnel.

Il s'est dit pour la première fois, plus optimiste sur la possibilité de conclure avec le gouvernement de Justin Trudeau un plan d'aide spécifique pour les compagnies aériennes canadiennes.

Contrairement à plusieurs autres pays, Ottawa a jusqu'à maintenant refusé une aide ciblée pour son secteur aérien, insistant d'abord pour que les compagnies remboursent les clients dont les vols ont été annulés depuis le début de la pandémie et qu'elles reprennent des liaisons intérieures abandonnées.

Air Canada a obtenu hier le feu vert d'Ottawa pour absorber son concurrent, le voyagiste Transat A.T., et attend encore celui de Bruxelles pour boucler la transaction. Le rachat devait initialement être finalisé le 15 février. Air Canada note cependant qu'il "peut être prolongé à tout moment par accord des parties et reste en vigueur à moins de résiliation par l'une d'elles".