Airbus et Boeing étaient au coude à coude mardi dans la bataille commerciale qui les oppose au salon aéronautique du Bourget, se partageant une nouvelle salve de commandes évaluées à 7,5 milliards de dollars, émanant pour plus de moitié de la compagnie indienne Jet Airways.

Le 46ème salon aéronautique international s’était ouvert lundi sur une commande majeure de Qatar Airways qui avait annoncé son intention d’acheter pour plus de 15 milliards de dollars d’avions auprès des deux rivaux mondiaux.

Les deux géants aéronautiques ont repris la bataille au deuxième jour du «Paris Air Show », avec des annonces de contrats allant crescendo.

Boeing a ouvert le bal avec une commande de vingt avions monocouloir 737 «Next Generation » du groupe américain de leasing (location-vente) GECAS, à un prix catalogue d’environ 1,1 milliard de dollars.

Le constructeur américain a enchaîné en annonçant la signature d’une lettre d’intention avec la compagnie aérienne indienne Jet Airways, pour l’achat de dix longs-courrier 777, et de dix monocouloirs 737-800NG, à un prix catalogue total d’environ 2,8 mds de dollars.

Jet Airways prévoit notamment d’acquérir six 777-200 LR, l’avion au plus long rayon d’action du monde (17.446 km) présenté pour la première fois par Boeing au Bourget.

Cette commande est assortie d’options portant sur dix autres 777.

Airbus a également marqué des points auprès de la première compagnie privée indienne, qui a signé mardi une lettre d’intention portant sur l’acquisition de dix longs-courrier de type A330.

Cette commande, d’un montant catalogue d’environ 1,65 milliard de dollars, est assortie de dix options d’achat supplémentaires, a précisé John Leahy, directeur commercial d’Airbus.

Airbus a enfin gagné un nouveau client mardi pour son projet d’avion A350, destiné à concurrencer le 787 de Boeing. Le loueur aéronautique koweïtien ALAFCO a signé une intention de commande portant sur 12 exemplaires, assortie de six options, pour un montant catalogue d’environ 2 milliard de dollars.

L’A350 d’Airbus a désormais recueilli 102 engagements d’achat, dépassant l’objectif de 100 fixé pour le Bourget, a précisé John Leahy.

Le PDG de l’avionneur européen Airbus, Noël Forgeard s’est dit «confiant d’atteindre 200 engagements d’achat (pour l’A350) d’ici la fin de l’année », dont «110 à 120 » d’ici la fin du salon aéronautique, le 19 juin, lors d’une conférence de presse.

Evoquant le modèle concurrent 787 de l’américain Boeing, qui a déjà engrangé 226 commandes dont 128 fermes, M. Forgeard a ironisé: «J’espère que nos collègues ont savouré cette période, car maintenant c’est terminé ».

Airbus procèdera au lancement industriel de l’appareil en septembre, quelle que soit l’issue du conflit en cours à l’OMC entre Washington et Bruxelles sur les aides publiques à l’aéronautique. «Nous ne serons jamais pris en otages » par cette bataille, a-t-il martelé. Il a toutefois reconnu que le lancement de l’A350 avait été reporté afin d’avoir «un maximum de temps pour une solution négociée ».

Le PDG du constructeur a conseillé de «rester branchés » en prévision d’autres annonces de commandes d’A380, A350 et A330 pendant le salon.

Il a légèrement relevé la prévision annuelle de livraisons d’Airbus, jusqu’ici comprise entre 350 et 360 unités pour 2005, en promettant «au moins 360 livraisons d’avions » cette année. «Ce chiffre va augmenter d’au moins 10% l’année prochaine », a-t-il promis.

«Airbus demeure en tête, et le restera encore pendant les années à venir », a-t-il lancé, alors que Boeing promet de redevenir numéro un mondial de l’aéronautique civile en nombre de commandes cette année, et d’ici 2008 en termes de livraisons.