Le contrat, passé avec la compagnie régionale Ferrovie Nord Milano (FNM), prévoit la livraison du premier train dans les trois ans après la signature de la commande. Il comprend une option pour huit autres rames, a précisé dans un communiqué le groupe français, pionnier dans les trains à hydrogène.

Alstom va concrètement adapter à sa plate-forme de trains régionaux Coradia Stream, déjà produite en Italie, la technologie de propulsion par pile à combustible éprouvée depuis 2018 en Allemagne.

"La version à hydrogène égalera les performances opérationnelles des trains diesel, y compris leur autonomie" d'environ 1.000 km entre deux pleins, a promis Alstom.

Garantis "à zéro émission", les trains à hydrogène émettent uniquement de la vapeur d'eau et de l'eau condensée.

Par le mélange de l'hydrogène embarqué à bord et de l'oxygène présent dans l'air ambiant, une pile à combustible installée dans la toiture produit l'électricité nécessaire à la traction de la rame. Des batteries permettent en outre de stocker l'énergie récupérée pendant le freinage, qui est réutilisée dans les phases d'accélération.

Alstom a déjà reçu des commandes fermes pour 41 trains régionaux à hydrogène en Allemagne, qui doivent entrer en service commercial à partir de 2022.