Pas de commentaire." Comme on s’en serait douté, Solvay n’a pas voulu confirmer vendredi les informations diffusées dans le "Wall Street Journal", selon lesquelles le groupe américain Abbott Laboratories aurait fait une offre sur la division pharmaceutique du belge, aujourd’hui orienté vers la pharmacie mais aussi la chimie et les plastiques. Les supputations de sources proches du dossier se succèdent depuis plusieurs mois. Depuis avril dernier, en fait, quand le groupe basé à Bruxelles a laissé entendre qu’il "examinait les avantages et inconvénients de toutes les options pour améliorer sa rentabilité". Il ne s’en est jamais caché : c’est effectivement son secteur pharma qui constitue la cible de la manœuvre. "On devrait y voir plus clair avant le quatrième trimestre 2009", avait déclaré son porte-parole, Erik De Leys. Mais C’est maintenant ! "On est dans une période d’incertitude", nous disait-il jeudi.

En peu de temps, en tout cas, deux rivaux sont sortis du bois.

Nycomed, d’abord, fabricant suisse de produits pharmaceutiques actif dans une cinquantaine de pays, dont la Belgique. Il aurait offert entre 4 et 4,5 milliards d’euros pour mettre la main sur une partie du groupe belge. Cette entreprise helvétique privée est basée à Zürich. Elle a enregistré, en 2008, un chiffre d’affaires de 3,4 milliards d’euros même si ses ventes ont un peu reculé vu la concurrence des génériques, et occupé 12 000 personnes.

Deuxième "pseudo candidat" : Abbott Laboratories. Sur la place pharmaceutique, l’américain est le concurrent direct du groupe précédent. D’après le "Wall Street Journal" de jeudi, il aurait lui aussi fait parvenir une proposition à Solvay, mais il en ignore les détails.

L’entreprise de santé "Abbott Labs" occupe, elle, 69 000 personnes dans 130 pays (dont la Belgique). Elle se consacre à la recherche et au développement, à la fabrication et à la commercialisation de produits pharmaceutiques, nutritionnels et médicaux (y compris des appareils médicaux et des produits diagnostiques).

En juillet, le groupe américain coté en Bourse a fait état de résultats trimestriels dépassant ses attentes. Les bonnes ventes de ses produits médicaux (en hausse de 27 % pour les trois premiers mois de l’année) ont dopé son chiffre. Lequel s’est finalement coincé dans le haut des projections, tout en accusant un repli de 2,6 % de son bénéfice net.