Entreprises & Start-up

Jeff Bezos va-t-il perdre des plumes dans son divorce?

Toute la presse économique s'en émeut depuis l'annonce de son divorce. Jeff Bezos pourrait céder sa place d'homme le plus riche du monde et perdre de son influence au sein d' Amazon. L'action pourrait elle aussi connaître des fluctuations plus ou moins importantes sur le Nasdaq où elle cotée. Pourquoi? Car le patron d 'Amazon pourrait devoir diviser ses avoirs financiers en deux. C'est en tous cas ce que prévoit la législation en application dans l'État de Washington, où la famille Bezos s'est établie. C'est le principe du régime de communauté de biens, c'est-à-dire qu'une solidarité entre les époux est établie. 

En soi, la moitié des 137 milliards de dollars (estimés par Bloomberg) que représente la fortune de l'actionnaire principal d'Amazon (16,3% du capital de l'entreprise) pourrait être versée à sa future ex-femme depuis 25 ans, MacKenzie Bezos, une romancière de 48 ans. Ces 137 milliards représentent la part de l'entreprise que l'homme d'affaires détient: sur base des derniers cours de Bourse, Amazon vaut un peu plus de 800 milliards de dollars.

La femme la plus riche du monde?

Conséquence de ce scénario hypothétique? Cette dernière deviendrait la femme la plus riche du monde avec un pactole de 68,5 milliards de dollars, dépassant le précédent record de la française Françoise Bettencourt-Meyers, dont la fortune estimée en 2019 s'élève à 45,2 milliards de dollars. Si la loi est respectée, MacKenzie S. Bezos pourrait donc piloter une partie d'Amazon.

Mais ce n'est pas la seule entreprise détenue en partie par Jeff Bezos. Ce dernier compte également le Washington Post (racheté en 2013 pour 250 millions de dollars) ou encore la société de nouvelles technologies spatiales Blue Origin, lancée en 2000.

À l'amiable?

Certes, MacKenzie a joué un rôle central dans la création de l'entreprise en 1996. Elle était même l'une des premières employées de l'entreprise en tant que comptable. Ensuite, elle s'est consacrée à sa carrière d'écrivaine. La question qui est sur toutes les lèvres est néanmoins la suivante: le couple a-t-il rédigé un contrat prénuptial? Ceci écarterait le scénario débattu ici plus haut. Mais selon le site américain TMZ, aucun contrat de mariage n'aurait été établi. Une affirmation à prendre avec des pincettes, tant que les parties n'ont pas communiqué officiellement.

"Compte tenu de l'ensemble des circonstances (dont on a connaissance publiquement), je pense qu'il est plus probable qu'improbable qu'un tribunal divise les actions en deux parts presque égales", déclare d'ailleurs James Spencer, professeur adjoint à la faculté de droit de l'Université de Seattle, interrogé par Business Insider.

Celui-ci ne s'attend cependant pas à ce que le dossier Bezos soit tranché par un juge, mais à l'amiable, que ce soit par le biais de négociations entre eux ou entre leurs avocats, ou encore par une procédure d'arbitrage. De la sorte, la loi de Washington ne prévaudrait pas sur l'issue du divorce. Les conséquences sur Amazon et les autres entreprises dont Bezos est propriétaire seraient donc limitées.