American Airlines a recommencé mercredi à remplir ses avions à pleine capacité, abandonnant certaines précautions contre le Covid-19, ce qui suscite la réprobation des autorités sanitaires au moment où la pandémie explose dans une partie des Etats-Unis.

Si d'autres grandes compagnies américaines telles que Delta Air Lines avaient décidé dès le mois de mai de bloquer des sièges pour respecter la distanciation sociale à bord de leurs appareils, d'autres transporteurs, comme United Airlines, n'avaient jamais pris de telles mesures puisque les passagers avaient alors déserté les airs.

La décision d'American Airlines intervient au moment où l'accélération de la réouverture de l'économie coïncide avec une nouvelle flambée de la pandémie.

"American Airlines nous a beaucoup déçus" quand elle a fait cette annonce vendredi, a déclaré le directeur des Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC), Robert Redfield, devant la commission santé du Sénat mardi.

"Nous ne pensons pas que ce soit le bon message", a-t-il ajouté.

Le docteur Anthony Fauci, expert en maladies infectieuses de l'Institut national de la santé, a également critiqué cette décision alors que sans plus de mesures préventives, le nombre d'infections pourrait grimper à 100.000 par jour, a-t-il averti.

"De toute évidence, (la décision d'American Airlines) est quelque chose de préoccupant. Je ne sais pas ce qui a motivé cette prise de décision", a-t-il déclaré devant le Sénat.

"Je pense que dans l'espace confiné d'un avion, c'est d'autant plus problématique", a-t-il souligné.

Comme dans les hôpitaux

Le nouveau coronavirus a déjà fait plus de 127.000 morts aux Etats-Unis et le pays compte encore plus de 42.000 nouvelles infections quotidiennes, selon le dernier comptage de l'université Johns Hopkins, qui fait référence.

Et en raison de la remontée des contaminations et des décès, en particulier dans le Sud et l'Ouest du pays, certains Etats américains ont dû faire une pause dans le processus de déconfinement.

American Airlines semble ainsi prendre le contre-pied du principe de précaution.

"Nous sommes inflexibles dans notre engagement envers la sécurité et le bien-être de nos clients ainsi que des membres de notre équipe", a pourtant assuré à l'AFP un porte-parole.

Il a en outre mis en avant les "différentes couches de protection en place" pour les voyageurs, citant le port du masque obligatoire, les procédures de nettoyage améliorées ainsi qu'une "liste de contrôle des symptômes Covid-19 avant le vol".

Les passagers, dont le vol est plein, peuvent aussi échanger sans frais leur billet.

"Pas une stratégie de sécurité"

De son côté, United Airlines estime que bloquer les sièges du milieu, "c'est une stratégie de relations publiques, et non pas une stratégie de sécurité".

Josh Earnest, son directeur de communication, a ainsi argué que les passagers assis de part et d'autre des sièges vides sont séparés par moins de 6 pieds (1,8 mètre), c'est à dire moins que la distance recommandée aux Etats-Unis.

De même, "les gens situés dans la rangée devant vous sont à moins de 6 pieds de vous, les gens dans la rangée derrière vous sont à moins de 6 pieds de vous", a-t-il réagi.

Pour Delta comme Southwest, bloquer des sièges contribue à plus de sécurité. Elles ont toutes deux décidé de continuer cette politique jusqu'au 30 septembre. JetBlue et Frontier continuent également de limiter leurs capacités.

Pour l'heure, le transport aérien est à la peine en raison des restrictions de voyage à l'international. Les compagnies s'efforcent donc de regagner des clients sur les vols domestiques.

Pour sa défense, American argue qu'elle désinfecte tous les avions de fond en comble, "y compris les boucles des ceintures, les sièges, les plateaux et autres surfaces".

Comme ses concurrentes, elle applique également un jet électrostatique à l'intérieur de l'avion "qui tue 99,9999% des virus et bactéries en 10 minutes", a rappelé le porte-parole.

"American est la seule compagnie aérienne du réseau à utiliser un produit (...) qui offre une protection continue pendant sept jours contre les bactéries, les moisissures et les virus, y compris (...) le virus qui cause le Covid-19", a-t-il fait valoir.

Enfin, "le système de filtration d'air (...) fournit un renouvellement d'air complet toutes les deux à quatre minutes, similaire à la norme des hôpitaux", a-t-il dit.

Interrogées par l'AFP sur l'absence de consignes générales, les autorités aériennes ont indiqué que "le département du transport et l'agence fédérale de l'aviation (FAA) ont clairement fait savoir que les passagers devaient porter des masques quand ils voyagent en avion".

Et elles font appel au sens civique pour suivre les recommandations des CDC et celles de l'Organisation internationale de l'aviation civile.