Dans un communiqué, la banque centrale américaine a souligné qu'elle avait été amenée à trancher très rapidement sur cette demande, au vu des "circonstances inhabituelles et urgentes qui affectent les marchés financiers". Les établissements bancaires américains cotés qui souhaitent participer au plan de recapitalisation proposé par le département du Trésor ont jusqu'au 14 novembre pour se porter candidats.

Touché par la crise financière ayant éclaté à l'été 2007 dans le secteur des crédits immobiliers à risques, AmEx a annoncé le 20 octobre que son bénéfice pour le troisième trimestre avait baissé de 24%, à 815 millions de dollars. Le groupe a expliqué la baisse de sa rentabilité par le recul des dépenses des titulaires de cartes de crédit aux Etats-Unis et à l'étranger et par un accroissement du nombre de défaut de paiements.

Dix jours plus tard, le groupe américain annonçait la suppression de 7.000 emplois, soit environ 10% de ses effectifs mondiaux, dans le cadre d'un programme de réduction de coûts de 1,8 milliard de dollars. Le Trésor américain avait annoncé mi-octobre son intention de renflouer les fonds propres des établissements bancaires américains sains qui le souhaitent en dépensant 250 milliards de dollars en échange de prises de participation minoritaires dans ces banques.

Sur ce total, le Trésor a déjà alloué 125 milliards de dollars à neuf des plus grandes banques américaines. Parmi celles-ci, Goldman Sachs et Morgan Stanley, qui ont reçu chacune 10 milliards, après avoir, elles aussi, abandonné leur statut de banque d'affaires pour celui de holding bancaire. Les holdings bancaires sont supervisées par la Fed. Ce statut permet aux bénéficiaires d'accéder aussi aux financements de la banque centrale, en échange du respect de normes prudentielles plus strictes.