Nouveau mécanisme en vue susceptible d’aider les ménages dans leurs travaux d’économiseur d’énergie. La Région wallonne lancera bientôt le système du tiers investisseur dans le secteur résidentiel privé. Porté par le ministre wallon de l’Aménagement du territoire et en charge de l’Energie, André Antoine (CDH), le projet aurait déjà été avalisé en intercabinets et devrait encore être discuté par le "kern wallon", ce jeudi. Il s’agit d’aider les entreprises spécialisées dans le mécanisme du tiers investisseur, mais qui s’occupent aujourd’hui uniquement des gros bâtiments publics, plus rentables, à se lancer dans le résidentiel privé

Celles-ci préfinanceront les travaux d’isolation des maisons et se rembourseront via les économies d’énergie que ceux-ci permettront de réaliser. "Par exemple, si un ménage paie environ 200 € pour sa facture d’électricité ou de gaz, une fois les travaux réalisés, il continuera, malgré la diminution de la charge énérgétique de sa maison, à payer les 200 € pendant une durée déterminée. Le fournisseur d’énergie prendra 100 € et le reste ira au tiers investisseur qui aura préfinancé les travaux" , explique Francis Carnoy, directeur général de la Confédération construction wallonne (CCW). L’avantage du nouveau mécanisme vient du fait que le particulier n’a aucun prêt à rembourser et les primes régionales liées aux travaux d’économie d’énergie pourront être cédées au tiers investisseur. De plus, "par sa vétusté, le logement wallon est un grand producteur de CO2 via sa consommation d’énergie. Le mécanisme permettra de réduire les émissions et de créer environ 15 000emplois sur dixans dans le secteur de la construction. Par ailleurs, c’est un bon moyen de relance de l’économie wallonne face à la crise actuelle" , dit-il.

Selon une étude réalisée par la CCW à la demande du ministre Antoine, environ 130 000logements wallons privés peuvent être rénovés via le mécanisme du tiers investisseur avec une garantie de rentabilité. L’investissement moyen dans les travaux serait d’environ 19 670 €. Mais si on y ajoute les primes, les déductions fiscales et une prise en charge des coûts administratifs par le public, ce sont plus de 400 000habitations vétustes qui pourront être rénovées (sur un total de 1,4million de maisons).

Mesure de 30millions d’euros

Dans la note au gouvernement wallon dont "La Libre" a eu connaissance, il est prévu de renforcer les moyens financiers (entre 25 et 50millions d’euros) et humains de la Société wallonne de financement alternatif (Sowafinal) pour lui permettre de piloter le mécanisme de tiers investisseur. La Sowafinal pourrait intervenir dans le capital des sociétés de tiers investisseurs existantes (Axima, Green invest, TPF) ou leur accorder des prêts à des taux avantageux. Elle pourrait constituer "avec ces tiers investisseurs, des banques, des compagnies d’assurance ou tout autre opérateur intéressé des entreprises conjointes pour développer d’autres créneaux d’activité" , lit-on dans la note. Elle pourrait aussi faire des prêts à des taux avantageux à des communes ou à d’autres opérateurs pour lancer, sur base du tiers investisseur, des projets "en faveur du développement et de la promotion d’énergie renouvelable" . Le nouveau mécanisme permettra donc de créer de nouvelles sociétés de tiers investisseur.