Anvers et Louvain sont les deux villes belges présentes dans le top européen des villes abritant des start-up ManuTech (c'est-à-dire les start-up et entreprises numériques actives dans le secteur de la fabrication). C'est ce qu'il ressort nouvelle étude d'Agoria et Sirris sur le paysage des start-up ManuTech en Belgique et en Europe.

Anvers décroche la sixième position en Europe en nombre d’investissements alors que le classement est dominé par les Allemands avec Munich et Berlin, respectivement premier et deuxième, suivis de Londres qui occupe la troisième place.

Berlin toujours, prend la première place en terme de montant total investi, suivi de Louvain en deuxième position et de Munich qui referme le podium. "Louvain possède une réputation historique dans le domaine ManuTech, surtout grâce à un certain nombre de spin-off de la KU Leuven et de l’Imec qui ont déjà été reprises entretemps, notamment LayerWise, LMS International, ICOS Vision et Metris", explique Bart Steukers, directeur Context chez Agoria.

Avec Berlin et Munich dans le top trois des villes réalisant le plus de transactions et recueillant les montants les plus élevés, l’écosystème ManuTech allemand confirme sa position de leader avec une stratégie spécifique financée par les pouvoirs publics.

"La comparaison européenne montre que 29% des scale-up ManuTech sont à vrai dire des spin-off d’universités ou d’instituts de la connaissance. En Belgique, ce pourcentage est de 25%", ajoute Bart Steukers.