Une éclaircie est enfin apparue dans le ciel de Marcinelle hier mais elle n'a pas résisté aux nombreux nuages qui pèsent sur les éditions Dupuis. En fin de matinée, Média-Participations, la maison-mère de l'éditeur carolo, a proposé la réintégration de Claude Gendrot et Alain Slamion. Respectivement directeur éditorial et directeur de l'informatique, ces deux cadres de Dupuis avaient reçu leur C 4 jeudi dernier, provoquant l'ire des syndicats qui avaient décrété un mot d'ordre de grève dès le lendemain. Comme Média-Participations a accepté de récupérer les deux directeurs, le personnel de Dupuis a repris le travail hier, après avoir reçu le soutien de quelque 60 auteurs de bande dessinée descendus sur place pour exprimer leur préoccupation et leur attachement à la maison d'édition.

L'affaire remonte au 8 mars, jour où Dimitri Kennes, alors directeur général de Dupuis, remet sa démission, estimant insuffisante la marge de manoeuvre de l'éditeur belge au sein de Média-Participations. Il propose ensuite de racheter Dupuis au groupe français et reçoit le soutien de l'équipe de direction de l'éditeur carolo. Mais la maison mère refuse de vendre et licencie Gendrot et Slamion pour faute grave. Pour éviter que la grève qui s'ensuit continue, elle revient ensuite sur sa décision.

Mais hier après-midi, les deux directeurs, qui ont rejoint leurs collègues à Marcinelle pour rencontrer les patrons de Média-Participations, ont fait savoir qu'ils acceptaient de reprendre leur place à certaines conditions. Selon les patrons français, ils veulent discuter de l'offre de rachat de Dupuis par Kennes, «ce qui est hors de question», affirme Claude de Saint-Vincent. Les deux cadres disent quant à eux vouloir simplement discuter de points précis relevant de la gestion de Dupuis. Discussion que refuse Média-Participations. Bref, la réunion s'est terminée sans qu'un accord ou un rapprochement entre l'actionnaire français et la direction belge puisse être acté.

Nouvelle directrice générale

Côté syndical, on estime que la proposition de réintégration des deux cadres de Dupuis engendre uniquement un retour à la situation qui a précédé leur licenciement. «C'est-à-dire que nous restons inquiets pour l'avenir», explique Joël Marit, délégué Setca. «C'est pourquoi nous avons demandé à Média-Participations de proposer des solutions qui conviennent à l'ensemble du comité de direction de Dupuis.» Dans le conflit qui oppose l'éditeur de Marcinelle à son actionnaire parisien, le personnel s'est senti en mauvaise posture. «Nous sommes pris dans une bataille où nous n'avons pas décidé de nous trouver. Ce conflit aurait dû se régler au niveau de la direction du groupe et n'aurait jamais dû descendre jusqu'au personnel de Dupuis», regrette encore Joël Marit.

Hier matin enfin, Média-Participations a procédé à la nomination d'un nouveau patron ad interim de la maison d'édition carolo. Ou plutôt d'une nouvelle patronne. Car Média-Participations a choisi comme directrice générale de Dupuis Huguette Marien, l'épouse de Jean Van Hamme, auteur notamment de Largo Winch. Cette nomination est censée apaiser les craintes du personnel et des auteurs. Mais vu les tensions persistantes entre direction de Dupuis et dirigeants de la maison mère, la tâche d'Huguette Marien s'annonce ardue.

© La Libre Belgique 2006