Entreprises & Start-up

Dans le contexte actuel, après la grosse restructuration chez ING, tous les yeux se tournent vers un autre acteur du secteur financier : Crelan. Son conseil d’administration se réunit ce mardi et, assurément, des plans sont en train de se préparer au sein de cette banque atypique dans le secteur. L’histoire de cet organisme montre comment il s’est réinventé au fil des décennies.

De l’INCA à Crelan

C’est en 1937 que l’Institut national de crédit agricole (INCA) voit le jour comme banque publique. Cet ancêtre de l’actuel Crelan, dont la mission était d’octroyer des prêts au secteur agricole, a suivi une trajectoire qui le mène aujourd’hui vers un modèle 100 % coopératif. Dans les années 60, plusieurs caisses coopératives voient le jour et une collaboration s’installe entre elles et la banque publique. La privatisation interviendra en 1992 et les caisses deviendront en 1993 l’actionnaire principal du Crédit agricole.

Au milieu des année 90, deux nouveaux actionnaires entrent dans le capital : la Bacob et Swiss Life. Les années 2000 présentent un tournant dans ce groupe. On voit ainsi l’entrée d’un actionnaire français, le Crédit agricole France, en lieu et place des organismes des années 90. Les Caisses coopératives belges et le Crédit agricole France possèdent chacun la moitié des actions de Crédit agricole Belgique. S’ensuivent une série d’acquisitions : Europabank, Keytrade Bank et en 2009 c’est la reprise de la clientèle de la défunte (et de sinistre mémoire) Kaupthing Bank Belgium.

(...)