Le danois Lego, l'un des principaux fabricants de jouets dans le monde, a dégagé un bénéfice record en 2020, année marquée par les confinements et le temps passé à la maison, a-t-il annoncé mercredi. Le fabricant des célèbres briques plastiques, qui n'est pas coté en Bourse, a réalisé l'an passé un bénéfice net en hausse de 19 %, à 9,9 milliards de couronnes (1,3 milliard d'euros), le plus important jamais enregistré. Le chiffre d'affaires a lui bondi de 13 %, à 43,7 milliards de couronnes, et le groupe indique avoir augmenté sa part de marché mondiale, malgré la pandémie de coronavirus qui a entraîné la fermeture temporaire des usines en Chine et au Mexique, causant une hausse des coûts de livraison.

Les ventes ont progressé partout dans le monde, notamment grâce à la hausse du commerce en ligne et le doublement des visites sur son site internet, ainsi que l'ouverture de 134 nouveaux magasins, dont 91 en Chine, où il entend élargir sa présence.

Malgré l'essor des ventes en ligne, le groupe basé à Billund dans l'ouest du Danemark prévoit d'ouvrir, en 2021, 120 magasins supplémentaires dont 80 en Chine, indique-t-il.

Après une vaste restructuration en 2017, le groupe s'est lancé dans une cure de jouvence multimédia combinée à un virage vers le durable. Avec ses briques quasi incassables et réutilisables à l'envi, Lego est synonyme de longévité mais promet désormais d'assurer l'essentiel de sa production avec des matériaux 100 % durables d'ici 2030.