Arcelor Mittal a organisé mardi sa journée mondiale consacrée au thème santé-sécurité. C'était la deuxième édition pour les anciens d'Arcelor, mais la première depuis le succès de l'OPA de Lakshmi Mittal sur le groupe européen Arcelor. Pour les sites belges du groupe, c'était l'occasion de remettre une couche sur la sensibilisation relative aux gestes pour éviter les accidents, mais ils entendaient aussi montrer le chemin parcouru. "Avec un taux de fréquence de 4,37 pc (accident chômant par million d'heures prestées), nous avons fait des progrès, mais nous sommes encore loin des standards du groupe, surtout que les sites français sont proches de zéro accident", commentent les dirigeants d'Industeel Belgique (lex-Fafer) à Charleroi.

Au niveau des résultats, le groupe Industeel (qui regroupe l'ex-Fafer à Charleroi, le Creuzot et Châteauneuf en France) a réalisé un chiffre d'affaires d'environ 1,1 milliard d'euros dont près de 680 millions d'euros enregistrés par le site carolo. Industeel Belgique poursuit ses efforts pour trouver de nouveaux produits et s'est donné pour objectif de sortir 10 nouveaux produits en 2007. Son acier avec une teneur en manganèse de 22 pc intéresse les constructeurs automobiles (Renault, Fiat), mais ses installations ne sont pas assez puissantes pour satisfaire les besoins de l'industrie.

Progrès des sites belges

Hier, lors de la journée santé-sécurité, les sites belges ont reçu la visite de Michel Wurth, membre de la direction générale du groupe et patron des aciers plats carbone. "Ma présence confirme le fait que le pôle inox fait toujours partie du groupe. Elle signifie que les sites belges du groupe ont réalisé de bonnes performances en matière de sécurité. Liège a fait plus de progrès, même s'il n'est pas encore dans les meilleurs élèves du groupe", a déclaré Michel Wurth. Il faut dire que les problèmes de sécurité à Liège ont longtemps été mis en avant, mais aujourd'hui, les installations liégeoises afficheraient un taux de fréquence d'environ 2 pc.

Carinox (800 travailleurs), basé à Charleroi et qui fait partie d'Ugine & ALZ, le pôle inox du groupe affiche aussi de bonnes performances. L'an dernier, le site n'a enregistré que 2 accidents chômants, ce qui fait un taux de fréquence de 1,5 pc contre 3,1 pc en 2005. "C'est un résultat satisfaisant pour nous, l'objectif est d'arriver à zéro accident", dit Bernard Hebeisen, le directeur de Carinox. Mais l'année 2007 commence mal, car le site a déjà enregistré deux accidents chômants. La performance qui contente davantage les dirigeants de Carinox est celle des sous-traitants qui travaillent sur le site. En effet, ils enregistrent, pour 2006, un taux de fréquence de 5 pc. Certes, celui-ci est encore trop important, mais ils avaient un taux de plus de 10 pc en 2005. Les sous-traitants réalisent aussi une bonne performance à Liège et ils afficheraient même un taux inférieur à celui du personnel d'Arcelor Mittal.

En Flandre, l'usine d'Ugine & ALZ à Genk affiche un taux de fréquence de près de 2,3 pc.