À LUXEMBOURG

Vendredi, après plus de trois heures de débat, des actionnaires représentant 57,94pc du capital d'Arcelor se sont prononcés contre la fusion avec le groupe Severstal du Russe Alexeï Mordashov. Selon le contrat, il fallait que des actionnaires représentant au moins 50pc du capital d'Arcelor s'opposent à l'option Severstal pour le résilier. «Le résultat du vote est conforme aux prévisions, il permet d'avancer sans obstacles majeurs dans la concrétisation des accords pris avec Mittal. La Région wallonne s'inscrit dans cette voie», a indiqué Libert Froidmont, président de la Sogepa, bras financier de la Région wallonne (qui détient 2,4pc d'Arcelor). Mais le groupe devra néanmoins payer une indemnité de rupture de 140 millions d'euros à M. Mordashov. Président du conseil d'administration d'Arcelor, Joseph Kinsch s'est défendu d'avoir utilisé Severstal comme un appât pour faire pression sur Mittal. «L'option Severstal était une solution ambitieuse et faisait du sens sur le plan industriel, mais elle est arrivée tardivement et le marché a eu (par méconnaissance) une réaction négative», a-t-il expliqué en substance. D'après lui, l'examen de l'offre améliorée de Mittal (qui valorise Arcelor à 25,4 milliards d'euros contre 17 milliards le 27 janvier) et de la proposition révisée de M. Mordashov a permis de constater que la transaction de Mittal est supérieure à celle du sidérurgiste russe.

Offre prolongée au 5 juillet

Avec son vote, l'assemblée générale extraordinaire de vendredi s'est, implicitement, ralliée à l'analyse du conseil d'administration qui a recommandé dimanche 25 juin l'offre Mittal. La clôture de l'offre vient encore d'être prolongée du 5 au 12 juillet par les autorités de contrôle des marchés sur lesquels Arcelor est coté (Bruxelles, Barcelone, Luxembourg, Paris). Sa réussite mettra fin au projet d'Arcelor de redistribuer 6,5 milliards d'euros aux actionnaires via une Offre publique de rachat d'actions (OPRA).

Mais avant de se prononcer massivement contre l'option Severstal, les actionnaires ont reproché au conseil d'Arcelor sa mauvaise communication et l'incohérence de sa stratégie de défense. Les actionnaires minoritaires ont fait part de leur difficulté à faire un choix. Cela dit, trois options s'offrent à eux dans le cadre de l'OPA (offre publique d'achat) /OPE (offre publique d'échange) de Mittal. Mais au bout du compte, ils recevront 31pc en cash et 69pc d'actions Mittal. Le nouvel ensemble affichera un chiffre d'affaires de 64 milliards d'euros et une production de 113 millions de tonnes d'acier. Il exploitera 61 usines dans 27 pays.

Vendredi, même s'il était présent sur la scène, Guy Dollé, PDG d'Arcelor s'est très peu exprimé. L'homme dont on annonçait le départ après quelque temps au sein du nouveau groupe semble revenir dans le jeu. «On a demandé à Guy Dollé de nous soutenir dans la mise en place du nouveau groupe et je suis convaincu que nous pouvons, ensemble, faire de belles réalisations», a indiqué M. Kinsch, louant «sa fine connaissance de la sidérurgie mondiale et ses talents de négociateur».

© La Libre Belgique 2006