Le groupe sidérurgique ArcelorMittal semble tirer son épingle du jeu devant la crise qui secoue notamment le secteur. Il a annoncé mercredi de bons résultats pour le troisième trimestre 2008. Le groupe a réalisé un chiffre d’affaires de 35,2milliards de dollars, en progression de 38 pc par rapport à la même période en 2007. Le résultat net s’élève à 3,8milliards de dollars en hausse de 29 pc comparé au troisième trimestre 2007 et un résultat opérationnel de 8,6milliards de dollars (+ 76 pc). Malgré la crise, le premier sidérurgiste mondial annonce de solides prévisions pour l’année 2008 et espère la clôturer avec un résultat opérationnel situé entre 24,2 et 24,7milliards de dollars contre 19,4milliards pour l’exercice 2007.

Toutefois, il indique que la faiblesse de l’économie générale a imposé des défis à court terme pour l’industrie sidérurgique. "Le marché s’est considérablement affaibli dans le quatrième trimestre et nous nous attendons à ce que cette faiblesse se poursuive jusque dans la première moitié de 2009. Mais nous prévoyons un rétablissement possible dans la deuxième moitié une fois que les stocks seront réduits", indique le groupe. En attendant, il dit avoir opté pour une "approche prudente" en faisant une pause dans sa stratégie de croissance et réduit des dépenses d’investissement jusqu’à à une clarification de la situation. "La période actuelle, caractérisée par une réduction des stocks exige que nous procédions à des réductions de production appropriées qui visent à rééquilibrer l’offre et la demande", a expliqué Lakshmi Mittal, président et administrateur délégué d’ArcelorMittal.

Le groupe a donc décidé de réduire sa production globale d’acier de 30 pc, alors qu’il avait annoncé il y a quelques semaines une baisse de 15 pc. En Europe où la situation est généralement "plus difficile" qu’ailleurs, les réductions de production d’acier inoxydable atteindront 50 pc en France et en Belgique (Châtelet et Genk) au quatrième trimestre.

Le groupe n’a donné aucune précision sur les sites qui seront touchés par la mesure en France. Fin octobre, ArcelorMittal avait annoncé la mise en veilleuse temporaire de plusieurs hauts fourneaux dont celui de Seraing (HF6 en région liégeoise) en Belgique et trois en France (Dunkerque, Florange, Fos-sur-Mer). Des projets d’investissements ont été reportés tant en Europe que dans le reste du monde, mais le groupe a précisé qu’il maintient ses plans à long terme.