Direction et syndicats d'ArcelorMittal à Liège ne sont pas parvenus à un accord, mardi soir, quant aux conditions d'un redémarrage rapide du haut-fourneau B, à Ougrée. "Les discussions sont difficiles et les conditions économiques et sociales ne sont toujours pas réunies", a indiqué mercredi Etienne Botton, responsable communication d'ArcelorMittal à Liège.

Direction et syndicats du sidérurgiste ont entamé mardi des discussions en vue de redémarrer le haut-fourneau B arrêté depuis le printemps dernier, ceci afin de répondre à la demande croissance en tôle sur le marché mondial. Selon la direction, ce redémarrage ne peut toutefois se faire que si certaines conditions économiques et sociales sont rencontrées.

"Il faut notamment atteindre un certain niveau de compétitivité, c'est la question du coût, mais il faut également mettre en place des dispositifs qui permettent aux travailleurs de reprendre leurs anciennes fonctions, en prévoyant des remplacements et des programmes de formation", a ajouté Etienne Botton.

Vu le blocage des discussions, les parties ont décidé de suspendre leurs débats vers 23h30 mardi. Elles reprendront ce mercredi à 11h00.