"Le Covid-19 a d'importantes conséquences pour l'industrie de l'acier européen... la demande en acier reste significativement inférieure par rapport à avant la pandémie", a déclaré Sanjay Samaddar, directeur général de ArcelorMittal Pologne.

"Nous devons prendre des décisions difficiles - dans ce cas, malheureusement, celle de fermer définitivement le haut fourneau et l'aciérie de Cracovie", a-t-il ajouté, cité dans un communiqué en ligne sur le site de la compagnie.

Selon des médias polonais, 650 employés "pourraient être directement touchés", sans préciser s'ils perdront leur emploi.

Le géant de la sidérurgie a aussi indiqué qu'il n'avait pas grand espoir de voir le marché de l'acier reprendre à court terme, ce qui signifie qu'il aura besoin "de prendre des mesures supplémentaires pour s'adapter à cette faible demande".

ArcelorMittal est le plus gros producteur d'acier en Pologne, où il emploie 11.000 personnes dans six usines à travers les régions du sud. Le pays de 38 millions d'habitants compte plusieurs usines de production automobile appartenant à des constructeurs internationaux.

Avant le début de la crise sanitaire, ArcelorMittal détenait environ 70% du marché polonais de l'acier et était un leader européen et un exportateur de coke.

ArcelorMittal a également pointé du doigt jeudi d'autres facteurs qui freinent la production d'acier en Europe, au-delà de la pandémie, comme la récente décision européenne d'augmenter les quotas d'importation d'acier détaxé hors UE ou encore l'augmentation des coûts de l'énergie à cause des taxes sur les émissions de carbone.

Sur le trimestre achevé fin juin, l'ensemble du groupe ArcelorMittal a subi une perte nette de 559 millions de dollars, pour des ventes de 11 milliards de dollars, en baisse de 43% sur un an, en raison de la chute de la demande d'acier liée aux confinements qui ont stoppé toute activité économique à travers le globe.

Avant la pandémie, des analystes avaient prévenus que l'acier à bas prix venant d'Asie et les coûts dus aux importantes émissions de carbone avaient un effet néfaste sur les producteurs d'acier européens.