Illustration de la reprise, le groupe a aussi affiché une plus grande confiance sur la hausse de la consommation d'acier dans le monde cette année : elle devrait s'élever entre 4,5 et 5,5 %, ou au dessus, a indiqué le groupe dans un communiqué jeudi. En 2020, année de pandémie et d'arrêt de certains hauts fourneaux, la consommation d'acier mondiale avait reculé de 1 %.

Au 1er trimestre, le sidérurgiste a presque doublé son résultat net à 2,28 milliards de dollars contre 1,22 milliard au 4e trimestre 2020, et contre une perte nette de 1,12 milliard de dollars au 1er trimestre 2020.

Son chiffre d'affaires des trois premiers mois de l'année a progressé de près de 15 % par rapport au dernier trimestre 2020, à 16,2 milliards de dollars, et de 9 % par rapport au 1er trimestre 2020.

Le consensus des analystes de Bloomberg tablait sur un chiffre d'affaires comparable (16,35 milliards de dollars), mais était beaucoup plus prudent sur le résultat net (1,1819 milliard de dollars).

Les prix de vente décollent

Le bond du chiffre d'affaires est "dû essentiellement" à la hausse des prix de vente de l'acier (+17,8 %) et à la hausse des revenus du minerai de fer, a précisé le groupe.

Le sidérurgiste, présent dans 60 pays, et coté sur les bourses de New York, Amsterdam, Paris, Luxembourg ainsi que sur les places espagnoles de Barcelone, Bilbao, Madrid et Valence, a aussi déjoué à la hausse les prévisions des analystes en matière de bénéfice d'exploitation.

Il a ainsi réalisé un excédent brut d'exploitation (Ebitda) de 3,24 milliards de dollars alors qu'un consensus de 17 analystes de grands établissements, rendu public par le groupe il y a quelques jours, tablait sur seulement 2,96 milliards.

"Le premier trimestre de l'année a été notre meilleur trimestre de la décennie" a commenté Aditya Mittal, nouveau directeur général du groupe nommé en février, et fils de son fondateur, qui se déclare néanmoins "conscient" de la poursuite du "défi sanitaire dans le monde, en particulier dans les économies émergentes" comme l'Inde.

"Sur le plan opérationnel, nous avons eu un démarrage très positif de l'année, avec la poursuite de la dynamique de reprise du 4e trimestre (...), soutenue par la baisse des stocks dans la chaine de valeur" a-t-il ajouté.

La priorité du groupe d'ici la fin de l'année est de "maintenir un avantage compétitif sur les coûts de production". Il cite aussi la poursuite du processus de décarbonation de l'industrie, qui a bien démarré en Europe notamment, afin de créer "un marché de l'acier bas carbone".