A Bruxelles, le groupe compte un staff de quelque 250 personnes (comptabilité et finances, services juridiques, lobbying, etc). Une partie serait envoyée à Paris, une autre serait remerciée. Les premières lettres de licenciement auraient déjà été envoyées.

La décision aurait également des conséquences immobilières: ArcelorMittal avait établi son siège bruxellois il y a un an dans un des nouveaux immeubles de bureaux du quartier Nord, l'Ellipse. Ces espaces appartiennent au groupe Fortis, et ArcelorMittal a signé pour cela un contrat de 11 ans et 11 mois, dont la rupture pourrait monter à 20 millions d'euros.