Des Belges fortunés rapatrient massivement vers la Belgique leur argent placé sur des comptes étrangers par crainte des nouvelles règles internationales sur le secret bancaire et les paradis fiscaux. Un tel rapatriement d’argent, qui selon les estimations se calculerait en milliards d’euros, n’a plus été vu depuis l’amnistie fiscale de 2004, rapportait hier le quotidien flamand "De Morgen".

Rappel : cette opération "unique" avait rapporté en moins d’un an 500 millions d’euros de rentrée fiscales et 5,7 milliards d’euros de montants régularisés. A la suite de cette amnistie unique en 2004, le gouvernement avait introduit une procédure permanente pour la régularisation spontanée d’argent noir. Et cela, après avoir pourtant qualifié l’opération d’amnistie d’ "unique", et avoir menacé les contribuables réfractaires d’amendes extrêmes (au moins 100 % d’accroissement d’impôts).

C’est toutefois grâce à la procédure de régularisation (constante) que de nombreux Belges rapportent actuellement leur fortune placée jusqu’à présent à l’étranger. On rappellera que cette procédure institue la pratique fiscale qui était auparavant inscrite dans une circulaire appliquée en interne par le fisc. Enfin, entre-temps, a aussi débuté le processus de dématérialisation des titres au porteur, qui rend plus difficile la transmission discrète d’avoirs entre parents.

La banque anversoise Bank Delen, spécialisée dans la gestion de patrimoines privés, prévoit à elle seule le rapatriement de 250 millions d’euros de capital noir, soit six fois plus que l’année dernière. D’autres banques confirment également une hausse spectaculaire des régularisations d’argent.

Au fisc, on se dit ravi de cette tendance. Le service compétent, le "Point de contact régularisation", ne donne toutefois pas de chiffres en raison du "secret professionnel". Si l’on extrapole les prévisions de Bank Delen à tout le secteur, le fisc devrait régulariser cette année un montant d’1,9 milliard. En ces temps économiques difficiles, le Trésor ne devrait pas bouder cette manne inattendue. (D’après Belga)