Touché de plein fouet par la crise du 737 MAX, cloué au sol depuis onze mois après deux crashs mortels, Boeing a indiqué mardi n'avoir reçu aucune commande en janvier.

Sur la même période l'an dernier, le constructeur aéronautique avait enregistré 45 commandes d'avions. Les livraisons ont également chuté, Boeing ne fournissant que 13 appareils en janvier, contre 46 appareils en 2019.

L'avionneur a encaissé l'an dernier sa première perte annuelle en 22 ans en raison des déboires du 737 MAX, qui l'ont forcé à débourser des milliards de dollars pour compenser les compagnies aériennes ayant dû annuler les vols prévus sur l'appareil. Faute de pouvoir livrer ses 737 MAX, Boeing a aussi dû suspendre leur production.

Le groupe attend le feu vert des autorités pour la remise en service de l'avion.

Steve Dickson, le chef de la FAA, principal régulateur de l'aérien aux Etats-Unis, a souligné mardi au Salon aéronautique de Singapour qu'il y avait encore quelques "problèmes à résoudre" avant de pouvoir déterminer la date d'un vol de certification. C'est traditionnellement au terme de ce vol test que les autorités de l'aviation civile décident d'autoriser ou non un avion à entrer ou à reprendre du service.

M. Dickson avait indiqué la semaine dernière que ce vol pourrait avoir lieu dans "quelques semaines". A des journalistes mardi, il a déclaré qu'on "se rapprochait" de cette étape clé. "Une fois qu'il sera effectué, je pense qu'on aura un peu plus de clarté sur la suite du processus", a souligné M. Dickson. Mais le régulateur "attend les réponses de Boeing sur quelques éléments" avant de fixer une date, a-t-il ajouté.

Selon les dernières estimations du constructeur, le MAX pourrait a priori revoler à la mi-2020.