Banksys guigne l'uniformisation européenne des paiements

Entreprises & Start-up

Ph.G.

Publié le

Vincent Roland, administrateur délégué de Banksys, a dressé hier le bilan de l'année 2005 du gestionnaire de réseaux de paiements. Il a également évoqué les chantiers en cours.

«Après une année 2004 peu favorable sur le plan bilantaire, nous revenons à la profitabilité en 2005», a-t-il affirmé.

Pour maintenir ce cap, Banksys compte jouer un rôle en vue à l'occasion de l'uniformisation européenne des moyens de paiements (projet Sepa, pour «Single Euro Payments Area», c'est-à-dire «Espace unique de paiements en euros»).

Au sein de cet espace, qui correspondra à la zone euro, les paiements transfrontaliers devraient se réaliser aussi simplement que des opérations strictement nationales, tout en bénéficiant d'un niveau de sécurité identique.

C'est là que le savoir-faire de Banksys est susceptible d'intervenir.

«Nous devons profiter de la vague de standardisation qui va submerger l'Europe pour nous positionner à ce niveau, explique Vincent Roland. Mais il y a encore beaucoup d'inconnues. Quelles seront les références technologiques à mettre en oeuvre? Quels sont les interfaces qui acquerront un statut européen? Les schémas belges répondront-ils aux exigences du projet Sepa?»

Ce que l'on sait, c'est que des produits à vocation européenne devraient se répandre dès 2008 et que les moyens de paiements strictement nationaux devraient leur céder le relais définitivement en 2010. Concrètement, le système Bancontact est concerné. Mais en ce moment, c'est le flou qui l'emporte: «On n'a pas d'institution de standardisation. Banksys est à la pointe de la technologie mais nous ignorons qui nous donnera les informations utiles sur ce point.»

Dès que les références européennes de base seront connues, risque-t-on d'assister à une course à la couverture des Etats européens entre les différents gestionnaires de réseaux? «Ce sera plutôt une course au minimum technologique exigé, tel que le paiement par carte à puce, car certains Etats du sud sont en retard», dit Vincent Roland.

En attendant, Banksys reste «dans la continuité de ce qu'il a entrepris jusqu'à présent», note l'administrateur délégué. «Dans la mise à disposition de terminaux de paiements, nous sommes bien positionnés à l'étranger. Aux Pays-Bas, nous touchons 30000 commerçants et sommes premiers dans le secteur «Food» de la grande distribution. Un terminal sur trois porte la marque Banksys.»

De façon générale, l'implantation hors Belgique dépasse le marché national. «Nous avons 200000 terminaux à l'étranger pour 150000 en Belgique», précise Vincent Roland. Actuellement, Banksys est présent dans dix pays européens.

© La Libre Belgique 2005

A lire également

Libre ECO

Immobilier pour vous