Fin d’année souriante pour les opérateurs financiers qui rêvent pourtant encore de voir arriver en Bourse de nouvelles entreprises porteuses de croissance.

Mais le retour de la zone euro à la stabilité devrait doper la demande d’actions, accroître les valorisations et attirer des entreprises en mal de capitaux.