Le "Club Brugge" deviendra, le 26 mars, le premier club belge de football à être coté en Bourse. Valorisé à 229 millions d’euros, il fera son entrée à la bourse Euronext Bruxelles sous le nom "CLUB". Quelque 30 % du capital du club seront introduits en Bourse, appartenant à la société Grizzly Sports - le véhicule d’investissement de Bart Verhaeghe, Vincent Mannaert, Jan Boone et Peter Vanhecke. Pour Bart Verhaeghe, le président du Club (de) Bruges, cette opération apparaît comme une consécration, après des résultats sportifs remarquables obtenus sur les scènes belge et européenne, ces dernières années, mais aussi une réussite commerciale et financière spectaculaire.

Né à Grimbergen en 1965, Bart Verhaeghe a tâté du ballon dans sa jeunesse, en troisième division nationale. Mais il connut initialement davantage de succès dans les affaires. En 1990, après son cursus universitaire à la KUL et à la Vlerick School, il rentre comme conseiller chez KPMG Consulting. Mais c’est en 1992 que sa carrière décolle lorsqu’il rejoint le groupe de construction Verelst. Peu à peu, il devient le bras droit de l’entrepreneur et les deux hommes créent Eurinpro international, société spécialisée dans l’immobilier logistique, dont la vente, en 2006, rapporte un beau pactole aux deux managers flamands (près de 400 millions d’euros). 

Mais là où d’aucuns auraient pris une retraite dorée anticipée, Bart Verhaeghe décide de continuer à investir. Et de prendre des risques. Il le fera notamment dans l’immobilier, qui restera son cheval de bataille, y connaissant des fortunes diverses - son plus grand échec étant l’abandon (temporaire ?) du projet de méga-complexe Uplace, en bordure du ring de Bruxelles. Mais aussi dans le football, avec la prise de contrôle du FC Bruges dès 2012 (pour un montant assez dérisoire de 15 millions d’euros) et une stratégie offensive pour en refaire le meilleur club du pays. Celui qui est l’un des fondateurs du think tank Itinera est, aussi, un habitué des déclarations tapageuses (notamment pour critiquer le manque de culture entrepreneuriale en Belgique) et son attitude de self-made-man fonçant à travers tout ne laisse personne indifférent en Flandre.