Après VOO, c’est au tour de Belgacom de modifier sa grille tarifaire : à la hausse comme à la baisse. Sans surprise, c’est dans le segment le plus concurrentiel du mobile que Belgacom a baissé ses prix à partir de ce 1er avril. "La loi télécoms et les offres agressives de Telenet ont rendu les consommateurs plus regardants sur les prix", reconnaît Dominique Leroy, responsable de la division Consumer de Belgacom. Entre l’entrée en vigueur de la loi télécoms le 1er octobre dernier et la fin décembre 2012, Telenet a réussi à attirer 180 000 clients mobiles. Ses offres King&Kong, lancées l’année dernière, ont séduit au total plus de 500 000 clients. Belgacom a donc réagi en réduisant ses tarifs et en simplifiant ses offres.

Que le client opte pour une formule prépayée ou en abonnement, il a désormais le choix entre deux plans principaux : le "Smart", avec de l’Internet mobile, et le "Easy", sans Internet mobile. Désormais, pratiquement toutes les formules comprennent des sms illimités (sauf Pay&Go 10). Notons que l’abonnement d’entrée de gamme démarre maintenant à 15 euros, contre 20 euros auparavant. La formule illimitée passe, elle, de 75 à 65 euros ou 55 euros (sans Internet mobile). Malgré des prix revus à la baisse, Proximus n’est néanmoins pas devenu l’opérateur le meilleur marché. "Notre but n’est pas d’être le moins cher mais de faire payer le juste prix pour une meilleure qualité", explique Dominique Leroy. Pour inciter à l’achat d’un abonnement mobile, des réductions de 5 à 10 euros seront pratiquées si celui-ci est combiné avec un "pack".

Le "Confort pack" augmente de 3 euros

En ce qui concerne les formules "Triple play", Belgacom procédera, en revanche, à une augmentation de ses tarifs à partir du 1er juillet. Le pack "Start" passera ainsi de 55,95 à 57,95 euros, le "Confort" de 59,95 à 62,95 euros (+5 %) et le "Maxi" de 73,95 à 74,95 euros. C’est donc la formule la plus populaire qui augmente le plus. "Les packs n’avaient pas bougé depuis un an alors que les salaires ont été indexés en février 2013", justifie Dominique Leroy.

Pour faire passer ces indexations, Belgacom va agrémenter ses "packs" de nouvelles options. L’opérateur est ainsi fidèle à sa stratégie de faire payer plus pour plus de contenus.

L’option "TV partout", pour regarder la télévision sur un smartphone ou une tablette, sera incluse dans le pack "Confort" en plus du "Maxi" dès le 1er juillet. Avec cette option, il est aussi possible de regarder la télé en dehors de son habitation via la 3G, contrairement à ce que propose VOO.

Par ailleurs, les vitesses de téléchargement vont augmenter, tandis que les volumes d’Internet mobile offerts avec les "packs" seront plus importants.

La 4G ne va pas décoller

Belgacom vient d’ajouter Charleroi, Tournai, Malines, Bruges ainsi que plusieurs villes côtières à sa liste de villes qui seront bientôt couvertes par la 4G. Cependant, rien n’a bougé en ce qui concerne Bruxelles. "Tant que le problème de la capitale ne sera pas résolu, la 4G restera peu utilisée, reconnaît Dominique Leroy. Elle ne représentera d’ailleurs pas une part significative de nos revenus. Dans les une à deux années qui viennent, la 3G+ sera plus utilisée que la 4G, c’est pour cela qu’on a investi dans cette technologie". L’abonnement à la 4G restera donc assez onéreux pour les "early-adopters": inclus dans l’abonnement à 65 euros ou via une option facturée à dix euros pour 1GB. D’ici l’été, l’opérateur espère avoir finalisé la transformation de l’ensemble de son réseau 3G afin qu’il devienne compatible 3G+. La 3G+ est trois fois plus rapide que la 3G, alors que la 4G est censée être dix fois plus rapide que la 3G.