Berlin voudrait, à l'avenir, pouvoir annuler rétroactivement une prise de contrôle d'une entreprise allemande stratégique par une firme étrangère, indique le magazine "Der Spiegel". Berlin pourrait ainsi exercer son "droit d'intervention" trois à quatre ans après la vente indésirable d'une entreprise à l'étranger, précise l'hebdomadaire. "Der Spiegel" se fonde sur des concepts élaborés par le ministère allemand de l'Economie et le groupe de travail du parti chrétien-démocrate de la chancelière, Angela Merkel, sur l'amendement de la loi sur l'économie extérieure. "En cas de doute, le gouvernement peut ordonner d'annuler l'opération" , selon le magazine qui cite le président du groupe de travail de la CDU, Roland Koch, également chef du gouvernement de la Hesse. "Ce n'est pas une méthode protectionniste par laquelle nous voulons exclure les investisseurs étrangers" , a-t-il dit au "Spiegel". Acheteur et vendeur pourraient éviter d'en arriver là s'ils révèlent au préalable leur intention aux autorités allemandes. Le gouvernement allemand devrait alors disposer de huit à douze semaines pour se prononcer sur l'intérêt de la vente pour l'Allemagne. (D'après AFP)