Le PDG du groupe de luxe LVMH Bernard Arnault et le financier belge Albert Frère s'apprêteraient à lancer ensemble une offre sur le groupe d'énergie et d'environnement Suez, affirme l'hebdomadaire français Marianne dans son édition à paraître samedi.

Les deux hommes qui, selon l'hebdomadaire, auraient l'appui du ministre français de l'Economie Thierry Breton, prépareraient une opération d'acquisition par LBO (rachat par endettement), précise Marianne. Ils envisageraient ensuite de revendre les activités eau et environnement du groupe et de créer un pôle électrogazier réunissant Suez, Gaz de France et le belge Electrabel, selon l'hebdomadaire.

Interrogé par l'AFP, le Groupe Bruxelles Lambert (GBL) d'Albert Frère n'a pas souhaité commenter ces informations. Albert Frère, premier actionnaire de Suez avec environ 8% du capital, est associé dans plusieurs affaires à Bernard Arnault, grand rival de l'homme d'affaires français François Pinault.

M. Pinault, également au centre de rumeurs d'OPA sur Suez, a été sommé mercredi par l'Autorité des marchés financiers (AMF) de dévoiler ses intentions sur le groupe d'énergie et d'environnement.

L'AMF a considéré que la holding Artémis de l'homme d'affaires avait confirmé "l'existence, fut-elle très préliminaire, d'un projet relatif au groupe Suez" et elle doit lui fixer mardi un délai pour lancer cette OPA ou en préciser les modalités.

Le projet de fusion entre GDF et Suez, annoncé en février 2006 par le gouvernement français pour contrer une OPA du groupe italien Enel sur Suez, a été ajourné dans l'attente de la privatisation préalablement nécessaire de GDF, qui ne pourra pas intervenir avant le 1er juillet prochain.

Pour sa part, le président Jacques Chirac a réaffirmé jeudi que le projet Suez-GDF est "stratégique pour la France et l'Europe".