"Une réunion spéciale du Conseil général de l'Organisation mondiale du commerce (OMC) aura lieu lundi (...) pour examiner la nomination du prochain directeur général", annonce l'organisation, dont les membres prennent les décisions par consensus.

Après plusieurs mois de paralysie, l'administration Biden a levé le 5 février le principal obstacle à la nomination de Ngozi Okonjo-Iweala à la tête de l'OMC, en apportant "son soutien appuyé" à la candidature de la Nigériane qui devrait devenir la première femme à diriger cette institution internationale basée à Genève.

Quelques heures avant, la seule autre candidate à ce poste qui restait encore en lice, la ministre sud-coréenne du Commerce Yoo Myung-hee, avait annoncé son retrait de la course après avoir consulté les Etats-Unis, qui sous Donald Trump étaient son principal soutien.

Une nomination en attente depuis l'automne

Le processus de désignation d'un successeur au Brésilien Roberto Azevedo, parti un an avant la fin de son mandat pour raisons familiales, était dans l'impasse depuis l'automne.

Le comité chargé de la succession avait annoncé le 28 octobre que la candidate la mieux placée pour faire l'objet d'un consensus était la Nigériane, qui se fait appeler Dr Ngozi. En plus d'être la première femme à la tête de l'OMC, elle serait la première directrice générale originaire d'Afrique.

Les Etats-Unis, sous la présidence de Donald Trump, lui avaient barré la route, lui préférant Mme Yoo, première femme à avoir été ministre du Commerce dans son pays, estimant qu'elle avait plus d'expérience. La position de l'ex-administration Trump avait bloqué le processus.

Les dossiers ne manquent pas pour tirer l'OMC de sa crise quasi existentielle.

Le prochain chef de l'institution devra non seulement affronter la crise économique mais aussi la crise de confiance dans le multilatéralisme et dans le bien-fondé de la libéralisation du commerce mondial, le tout sur fond de guerre commerciale entre les deux premières puissances économiques mondiales, la Chine et les Etats-Unis.