Quelque 1,8 milliard de dollars : tel est le chiffre d'affaires généré par le Viagra pour Pfizer en 2007 : 6 pc de plus qu'en 2006. C'est donc auréolée de gloire que la petite pilule bleue traitant les dysfonctionnements érectiles (sildénafil, de son petit nom) fête ses dix ans cette année. Elle qui, pourtant, a vu le jour par accident. A l'époque, Pfizer cherche un remède contre l'angine de poitrine. Puis, alors que les résultats cliniques ne sont pas une réussite, des effets secondaires pour le moins inattendus ouvrent d'autres perspectives au géant américain. Depuis son débarquement sur le marché, en 1998 aux Etats-Unis, puis en 1999 en Europe, plus de 35 millions d'hommes ont utilisé la "petite bleue". Un énorme succès commercial qui a aussi permis de faire sauter le tabou de l'impuissance masculine. Cela dit, le "teenager" a aussi des côtés pervers. Non seulement, il fait les beaux jours de l'industrie de la contrefaçon, mais, surtout, il sort du cadre médical strict. Et son utilisation par des jeunes gens qui n'en ont pas vraiment besoin pose question. L'anniversaire du Viagra est aussi l'occasion de rappeler que la firme Pfizer ne se limite pas à lui. Implantée dans 150 pays (7 sites en Belgique dont le centre de distribution européen à Bruxelles), elle emploie 120 000 personnes et, outre les médicaments sur prescription à usage humain sur prescription, elle développe un large pan à usage vétérinaire.