Selon le quotidien économique néerlandais De Financiële Telegraaf, qui a pu consulter des documents internes à l'entreprise, le groupe Blokker envisagerait de quitter la Belgique, où il exploite encore quelque 130 magasins, afin de réduire ses pertes financières. Celles de Blokker Belgique étaient comprises l'an dernier entre deux et quatre millions d'euros.

Si cette option est retenue, 600 employés belges perdraient leur travail.

Le holding Blokker, largement déficitaire depuis des années, était à vendre depuis décembre. Il a annoncé lundi que son choix de repreneur s'était arrêté sur le CEO néerlandais du groupe Michiel Witteveen, qui serait rejoint par d'autres managers de l'entreprise comme co-actionnaires.

Alors que le précédent patron de Blokker avait affirmé en 2018 que le groupe ne se désengagerait pas de Belgique, le futur propriétaire verrait les choses autrement, avec ce scénario jugé plausible par De Financiële Telegraaf.

Le journal rapporte que Blokker veut réaliser d'importantes économies dans les années à venir et que Michiel Witteveen souhaite augmenter les ventes de 22% d’ici 2021 ainsi que la marge bénéficiaire.

La Libre a contacté l'attaché de presse de Michiel Wittevien, qui n'a pas clairement démenti les allégations du quotidien néerlandais. "Nous ne connaissons pas les sources du journal et nous ne commentons pas les rumeurs. La situation financière de Blokker Belgique sera bien sûr évaluée et nous reviendrons vers vous quand ce sera fait", a-t-il déclaré.

Finalement, le démenti sera formel, de la part de Michiel Witteveen et du CEO de Blokker Belgique Geert Kampschöer : "Blokker ne quittera pas la Belgique".