Entreprises & Start-up

BNP Paribas, dont l'Etat belge est l'un des plus importants actionnaires, entretient des relations commerciales intenses avec le groupe GEO, l'un des plus gros acteurs de l'incarcération de migrants aux Etats-Unis, révèle jeudi De Standaard.

Les centres de détention pour migrants sont gérés par le secteur privé aux Etats-Unis. Un business juteux principalement dans les mains de deux acteurs: GEO Group et CoreCivic. Des documents soumis au régulateur financier Securities and Exchange Commission (SEC) révèlent que la banque française BNP Paribas fait des affaires avec GEO depuis plusieurs années.

La banque est notamment étroitement impliquée dans diverses émissions d'obligations du groupe GEO. En outre, une filiale de la banque, BNP Paribas Arbitrage, détenait au premier trimestre de l'année pour quelque 853 000 dollars d'actions de GEO Groupe. BNP Paribas est en outre mentionnée comme prêteur dans les rapports annuels de GEO en 2014, 2012 et 2010.

Les centres de détention américains sont décriés en raison des conditions de détention qui laissent souvent à désirer.

Pourtant, dans sa charte interne des droits de l'homme, BNP Paribas s'engage à "éviter les contributions directes et indirectes aux violations des droits de l'homme".