"Nous sommes en train de finaliser tout ce qui doit être finalisé et je crois que, pour la première fois depuis un an et demi, je peux dire qu'on voit la fin des travaux sur le MAX et on commence à regarder comment pouvoir remettre en service le MAX d'ici la fin de l'année", a expliqué Patrick Ky, patron de l'EASA (Agence européenne de la sécurité aérienne), au cours d'une conférence de presse à distance organisée par l'Association des journalistes professionnels de l'aéronautique et de l'espace (AJPAE).

Le 737 MAX est interdit de vol depuis le 13 mars 2019 après l'accident d'un appareil de la compagnie Ethiopian Airlines ayant fait 157 morts, quelques mois seulement après le crash d'un MAX de Lion Air en Indonésie, qui a coûté la vie à 189 personnes.

L'appareil s'est récemment rapproché d'un retour dans le ciel avec une série de vols de certification fin juin par le régulateur américain de l'aviation, la FAA, puis début septembre par l'EASA, mais plusieurs étapes restent encore à franchir avant que les autorités aériennes n'accordent leur autorisation, notamment sur la formation des pilotes.

Selon M. Ky, pour l'autorisation en termes de navigabilité, c'est-à-dire sur la partie technique des modifications apportées à l'avion, l'EASA et la FAA devraient être "à peu près synchronisées".

En revanche, "sur la partie opérationnelle, ça prendra un peu plus de temps selon les Etats" car la reprise des vols dépendra "de chacune des compagnies aériennes, de chacun des Etats".

"Sur la partie technique on table sur courant novembre", a-t-il poursuivi.