Ces inspections supplémentaires devraient "affecter le calendrier des livraisons du 787 à court terme", a précisé le constructeur aéronautique américain dans un message transmis à l'AFP.

Le défaut rendu public mardi concerne le stabilisateur horizontal, a précisé un porte-parole du groupe.

Il s'ajoute aux deux problèmes concernant le raccord d'une portion du fuselage de certains 787 communiqués lundi.

Le constructeur avait alors indiqué avoir identifié huit appareils touchés par ces défauts, et avoir demandé aux compagnies les utilisant de les réparer avant de les remettre en service.

Le groupe avait aussi averti qu'il inspectait tous ses appareils en production mais n'avait pas indiqué que ses livraisons en seraient affectées.

L'agence américaine de régulation de l'aviation, la FAA, avait aussi fait part lundi du lancement d'une enquête sur ces défauts de fabrication.

Affecté par la chute du transport aérien depuis le début de la pandémie, le groupe avait déjà indiqué en juillet qu'il ne produirait plus que six appareils 787 Dreamliner par mois en 2021 contre dix actuellement.

Ce nouvel accroc amplifie un peu plus ses déboires.

Le constructeur américain était en effet déjà englué dans la crise du 737 MAX, son avion-vedette interdit de vol depuis mars 2019 après deux accidents mortels, quand le Covid-19 a fait plonger les ventes de billets d'avion et temporairement cesser la production dans les usines.