Le constructeur américain Boeing a frappé un grand coup et remporté un nouveau succès face à son rival européen Airbus dès l'ouverture dimanche du salon aéronautique de Dubaï, en décrochant un énorme contrat de près de 10 milliards de dollars auprès de la compagnie Emirates pour 42 Boeing 777.

Il s'agissait de la deuxième bonne nouvelle de la journée pour Boeing, après l'annonce quelques heures plus tôt à Pékin, en marge de la visite du président américain George W. Bush, d'une commande par la Chine de 70 Boeing 737 pour une valeur de quatre milliards de dollars.

Cette nouvelle commande, annoncée par le président d'Emirates, cheikh Ahmed ben Saïd al-Maktoum, confirme le poids croissant que représentent les compagnies aériennes du Golfe pour les deux avionneurs.

Compagnie phare de cette région du Golfe, Emirates, qui vient d'annoncer des bénéfices nets de 251 millions de dollars pour les six premiers mois de l'exercice 2005-2006, a aussi commandé 45 A380, l'appareil géant d'Airbus, qui effectue depuis samedi des démonstrations dans le ciel de Dubaï.

Cette commande à Boeing aura pour conséquence de rééquilibrer la flotte d'Emirates en faveur de l'avionneur américain. A l'heure actuelle, Emirates dispose, en effet, de 49 Airbus et de 34 Boeing.

La compagnie de Dubaï a, en outre, 132 avions en commande, à savoir 67 Airbus et 65 Boeing, dont ces 42 777.

Le contrat entre Emirates et Boeing a été signé par cheikh Ahmed et le président de l'avionneur américain, Tim McNerney, peu après l'ouverture officielle de la neuvième édition du «Dubai Air Show ».

La signature a eu lieu en présence du prince héritier et homme fort de Dubaï, cheikh Mohammad ben Rached Al-Maktoum, également ministre de la Défense des Emirats arabes unis, qui avait inauguré dans la matinée ce salon.

Cheikh Ahmed a précisé lors d'une conférence de presse que ces Boeing 777 étaient composés de 24 777-300ER, 10 777-200 LR Worldliner et huit 777 cargo.

Il a également indiqué qu'Emirates avait pris une option sur 20 appareils 777 supplémentaires.

Les 42 Boeing 777 commandés par Emirates seront équipés de moteurs General Electric GE90-115B, le montant de ce contrat, qui inclut la maintenance, atteignant deux milliards de dollars.

Le contrat entre Emirates et General Electric a été signé par cheikh Ahmed et le vice-président de la compagnie américaine, David Calhoun.

«Nous investissons pour acheter de nouveaux avions afin de répondre à la demande croissante pour nos services de la part de nos clients à travers le monde », a affirmé dans un communiqué cheikh Ahmed, membre de la famille régnante de Dubaï et également président du département de l'aviation civile de l'émirat.

«Cette nouvelle commande confortera les projets de croissance de la compagnie et améliorera le rayon d'action et la diversité de notre flotte », a-t-il poursuivi.

Un haut responsable d'Emirates, Tim Clark, a précisé à l'AFP que ces Boeing 777 seraient utilisés pour des vols à destination de l'Europe et de l'Asie, mais aussi pour des vols sans escale à destination de la côte ouest des Etats-Unis et de Houston (Texas), une liaison qu'Emirates projette d'ouvrir.

Dernier né de Boeing, le 777-200 LR Worldliner a établi ce mois-ci un nouveau record du monde du plus long vol commercial sans escale en reliant Hong Kong à Londres en 23h avec 35 personnes à bord. C'est ce rayon d'action qui a séduit Emirates.

Interrogé par la presse, cheikh Ahmed a également indiqué qu'Emirates n'avait toujours pas choisi entre l'Airbus 350 et le Boeing 787 Dreamliner.

La compagnie avait fait savoir en mai qu'elle étudiait les caractéristiques des deux appareils.

«Nous n'avons pas encore décidé ce que nous allons faire », s'est borné à déclarer cheikh Ahmed à ce sujet.

Alors même qu'était signé ce contrat géant, les appareils de la patrouille de France effectuaient une démonstration d'acrobatie dans le ciel de Dubaï.