Le constructeur aéronautique Boeing pourrait dévoiler lundi ses intentions concernant la production de son 737 MAX cloué au sol depuis mi-mars, affirme dimanche le Wall Street Journal.

Bien que son avion vedette soit interdit de vol depuis neuf mois, l'avionneur américain a poursuivi sa production. Et les aéronefs s'accumulent mois après mois.

Interrogé par l'AFP, Boeing n'a pas souhaité commenter cette information.

"Nous continuons de travailler étroitement avec la FAA (le régulateur américain) et les régulateurs du monde entier pour sa remise en service en sécurité", a simplement commenté un porte-parole.

"Nous continuerons d'évaluer les décisions relatives à la production en fonction du moment et des conditions de remise en service, lesquels seront fondés sur les approbations réglementaires et pourront varier selon la juridiction", a-t-il ajouté.

Aucune date de remise en service n'est pour l'heure avancée. Un arrêt de la production signalerait que l'immobilisation pourrait se prolonger.

Après l'immobilisation de toute la flotte, Boeing avait décidé de réduire les cadences de production pour les faire passer de 52 à 42 appareils par mois.

La décision de clouer au sol les 737 MAX avait été prise les autorités du monde entier après l'accident d'un exemplaire de la compagnie Ethiopian Airlines qui a fait 157 morts le 10 mars dernier.

Cette tragédie était survenue moins de cinq mois après l'accident meurtrier d'un 737 MAX de la compagnie indonésienne Lion Air, fin octobre 2018, qui avait tué 189 personnes dans des conditions similaires.

Dans les deux catastrophes, le système anti-décrochage MCAS a été mis en cause.