Le PDG de la Bourse de Tokyo, Takuo Tsurushima, a démissionné mardi à la suite du scandale provoqué par la grossière erreur informatique qui a provoqué une perte de 280 millions d'euros et un chaos humiliant sur la première place d'Asie au début du mois.

«Je présente mes excuses aux investisseurs et aux officiels concernés en raison de la confusion sur le marché. Nous avons pris cette décision (de démissionner) afin d'assumer la responsabilité de la direction», a expliqué M. Tsurushima lors d'une conférence de presse.

Le responsable du système informatique de la Bourse, Sadao Yoshino, et le directeur général du marché, Tomio Amano, se sont également démis.

«La Bourse de Tokyo s'efforcera de faire de son mieux pour regagner la confiance du marché», a promis le PDG démissionnaire. Son départ était attendu après ce scandale.

Comme prévu, M. Tsurushima est provisoirement remplacé par l'actuel président honorifique de la Bourse, Taizo Nishimuro.

Rétroactes

Le 8 décembre, les ordinateurs de la Bourse de Tokyo n'avaient pas été capables de détecter et de bloquer une transaction erronée commise par un courtier de chez Mizuho Securities.

Celui-ci s'était trompé dans une opération liée à l'introduction en Bourse d'une petite société, J-Com: au lieu de vendre une action J-Com pour 610000 yens, il avait placé 610000 actions J-Com à un yen l'unité.

Cette bévue avait semé le désordre sur le marché tokyoïte et Mizuho Securities a calculé qu'elle lui coûterait environ 40 milliards de yens (280 millions d'euros).

Mesures préventives

L'Agence des services financiers (FSA), le gendarme du secteur au Japon, avait officiellement réprimandé la direction de la Bourse de Tokyo.

Elle a réclamé des mesures préventives adéquates et un rapport sur l'affaire d'ici la fin janvier.

Le marché de Tokyo, le plus important d'Asie, avait déjà été mis sur la sellette il y a quelques semaines à cause d'une panne informatique ayant bloqué les échanges pendant quatre heures et demie au cours d'une séance clé, après un remaniement ministériel et d'importants indicateurs économiques.

Mauvaise conjonction

Cet accident est tombé au plus mauvais moment pour le marché boursier japonais. Un marché qui a entamé sa remontée après plus de 10 années de déprime, et qui affiche depuis le premier janvier dernier, une avance de plus de 40pc. (AFP)

© La Libre Belgique 2005