Toyota a annoncé mercredi qu'il allait fabriquer une nouvelle voiture hybride pour son partenaire Suzuki au Royaume-Uni, une bonne nouvelle pour l'industrie automobile britannique éprouvée par le Brexit. 

Dans un communiqué, le groupe japonais a expliqué qu'il allait fournir "un véhicule hybride électrique" à son compatriote Suzuki, qui sera inspiré du modèle Toyota Corolla Wagon. Les moteurs seront fabriqués à Deeside (pays de Galles) et les véhicules assemblés à Burnaston (centre de l'Angleterre).

Le nouveau véhicule qui sera commercialisé par Suzuki devrait être fabriqué au Royaume-Uni à partir de la fin 2020, a ajouté Toyota qui n'a pas précisé si des emplois seraient créés sur place. Ce modèle assurera quoi qu'il en soit la pérennité de l'activité des usines concernées, au moment où l'inquiétude est grande dans le secteur face au Brexit.

La stratégie de Toyota a été perturbée par la perspective du Brexit, à l'instar de ses concurrents japonais Nissan et Honda qui eux aussi assemblent des centaines de milliers de voitures chaque année au Royaume-Uni - dont une bonne partie est exportées vers les autres pays de l'UE.

Début mars, le président pour l'Europe de Toyota, Didier Leroy, avait prévenu qu'il serait "extrêmement compliqué" de fabriquer de nouveaux modèles dans ses usines britanniques en cas de Brexit sans accord, laissant planer le doute sur sa volonté d'investir dans le pays, selon un entretien au Financial Times.

Il a souligné que Toyota n'avait pas "pour projet de se retirer du Royaume-Uni et d'arrêter la production" dans ce pays, mais ajouté qu'un Brexit dur engendrerait "une montagne" de problèmes pour les usines britanniques du constructeur.

Comme ses concurrents, Toyota utilise en effet des pièces détachées souvent fabriquées ailleurs en Europe et qui franchissent parfois même plusieurs fois, les frontières du Royaume-Uni avec le reste de l'UE.