La prochaine réunion du conseil d'entreprise chez Brussels Airlines à la suite de l'annonce de la suppression de 1.000 emplois, il y a deux semaines, aura finalement lieu mardi, a-t-on appris jeudi de sources syndicales. 

Elle était initialement prévue ce vendredi. Les négociations au conseil d'entreprise dans le cadre de la procédure Renault sur les licenciements collectifs se poursuivront donc la semaine prochaine. Les questions y sont encore nombreuses, selon les déclarations des représentants syndicaux en début de semaine.

Entretemps, des réunions entre la direction et les délégations syndicales des différentes catégories de personnel ont (eu) lieu pour aborder le plan social et les licenciements collectifs. Une manière d'avancer en parallèle et de répondre à une demande d'une partie du personnel, intéressée par un éventuel départ volontaire, avaient justifié les syndicats.

En début de semaine, ces organisations disaient ne pas connaître les conséquences pour Brussels Airlines de l'"accord de principe" conclu lundi entre sa maison-mère Lufthansa et le gouvernement allemand sur un paquet de mesures de soutien de 9 milliards d'euros. Un accord dont semblent dépendre les négociations entre le gouvernement belge et le groupe allemand sur une aide d'État pour la compagnie belge.

Un flou qui va encore perdurer quelques jours puisque le conseil de surveillance de Lufthansa n'a "pas pu approuver" mercredi le plan de sauvetage allemand en raison des conditions trop strictes imposées par le gendarme de la concurrence européen. Les concessions demandées par l'UE en échange "affaibliraient" le groupe sur ses deux principaux aéroports allemands Francfort et Munich, avait-il justifié.