Brussels Airport souhaite réagir après la grève menée vendredi dernier par les pompiers de l'aéroport, a-t-elle annoncé jeudi. Les compagnies pourront utiliser l'aéroport "gratuitement" les vendredis 4, 11, 18 et 25 mai. Il ne leur sera pas facturé de droits d'atterrissage ni de décollage.

Les passagers pas oubliés

Les passagers qui ont été victimes de la grève ne seront pas oubliés. Divers scénarios sont à l'étude, en concertation avec les compagnies. On envisage notamment un accès gratuit aux lounges ou un voucher permettant des achats dans les magasins et restaurants de l'aéroport, signale Brussels Airport.

"Malgré l'impact de la grève sur leurs propres activités, les compagnies aériennes ont presté de manière exceptionnelle le 13 avril", déclare Wilfried Van Assche, CEO de Brussels Airport. "Quelques minutes à peine après la fin de la grève, les premiers vols décollaient déjà. En quelques heures, des vols alternatifs ont été trouvés pour des milliers de passagers. La plupart des collaborateurs à l'aéroport ont accueilli et assisté les passagers pendant toute la journée, souvent dans les circonstances les plus difficiles. L'aéroport souhaite exprimer son estime pour cet effort exceptionnel", dit-il.

"Aucune responsabilité ni faute ne peut nous être imputée mais une entreprise qui met en avant le service au client et le partenariat ne peut se permettre de tourner le dos aux clients en des moments aussi difficiles. La façon inacceptable dont plus de 20 000 personnes ont été abusées est totalement disproportionnée par rapport à l'objet de la grève. Un coup a été porté à notre image. Nous avons la volonté de restaurer la confiance des compagnies et des usagers", conclut-il.