Faut-il voir, dans cette première européenne belge, un signe de la confiance que le groupe Carrefour accorde à sa filiale belge, après les craintes exprimées par les syndicats quant à sa survie ? José Maria Folache avait fait le déplacement à Bruxelles, hier, pour représenter le directoire de Carrefour. A cette question, il nous a simplement déclaré : "Je ne peux pas vous répondre." On n'obtiendra aucun commentaire supplémentaire. Manifestement hors de question de faire de l'ombre à l'annonce du jour. C'est en grande pompe, en effet, au Carrefour d'Auderghem (le premier chez nous en termes de chiffre d'affaires) que la direction de Carrefour Belgique a lancé Carrefour Energie EcoPlanet, son service de vente d'électricité 100 pc verte dont elle souhaite promouvoir l'accès au plus grand nombre.

Représentants européens (le commissaire européen à l'Energie Andris Pielbags, l'ancien commissaire à la Concurrence Karel Van Miert, aussi administrateur de Carrefour) et politiques belges (la ministre bruxelloise de l'Environnement Huytebroeck, le bourgmestre d'Auderghem Gosuin) se sont succédé à la tribune pour saluer la nouveauté, ainsi que plusieurs membres du staff de Carrefour Belgique qui ne sont pourtant pas de grands adeptes de la communication (le CEO Marc Oursin, le responsable de la Proximité Geert Uytterschaut,...).

Pourquoi en Belgique ? "Parce que ce projet est l'initiative d'un cadre de chez vous, les Belges ont été les plus rapides comme avec la téléphonie mobile", répond José Maria Folache. "Mais le service sera aussi développé ailleurs : des contacts sont en cours en France, en Espagne et en Italie."

C'est la première fois qu'une enseigne de grande distribution se lance dans la commercialisation d'énergie. "Cela participe au repositionnement de notre marque", précise le porte-parole de Carrefour Belgique, Lars Vervoort. "L'idée est de proposer des services complémentaires pour faciliter la vie des clients des magasins." Après les recharges en téléphonie mobile, voici donc les contrats énergétiques. Et pas n'importe quelle énergie : la verte. "Les sources d'énergie sont entièrement propres : éolienne, biomasse ou biogaz, cogénération qualitative et l'énergie hydraulique." En fait, Carrefour se fournit chez Lampiris dont il utilise une licence dans un premier temps, avant d'obtenir la sienne. Autre avantage affiché : le prix. "Notre énergie verte n'est pas plus chère que l'énergie traditionnelle", ont insisté plusieurs cadres de Carrefour sans autre précision. Rien, non plus, sur l'objectif en termes de parts de marché.

Concrètement

La démarche s'effectue via call center (0800 9 10 11) ou Internet (www.carrefour.eu/energie). Ni l'installation ni le compteur ne doivent être modifiés. Carrefour prend en charge toutes les démarches auprès du fournisseur actuel du client et garantit un tarif fixe de l'électricité pendant la durée du contrat que le client aura choisie. Il suffit de s'inscrire pour un, deux ou trois ans. Et Lampiris assure le suivi en cas de problème.