La co-présidente d'Ecolo Emily Hoyos a plaidé jeudi matin, après l'annonce de la suppression de 1.400 emplois au sein de l'entreprise Caterpillar à Gosselies, pour un "sursaut du gouvernement fédéral et de l'Europe". La direction de Caterpillar Belgium a annoncé, au cours d'un conseil d'entreprise extraordinaire, la suppression de 1.400 emplois sur son site de Gosselies (Charleroi). Quelque 1.100 ouvriers et 300 employés sont concernés.

"Cette décision est d'une grande violence pour les travailleurs touchés, directs et indirects, et leurs familles", réagit Emily Hoyos. "Après Ford Genk, après Arcelor Mittal, et avec maintenant Caterpillar, ce sont des milliers de travailleurs qui doivent difficilement se dire que 'la crise, c'est pire ailleurs', comme d'aucuns tentent de leur faire croire."

Au delà du choc, Ecolo estime qu'il est "inadmissible de se résigner à une impuissance dans laquelle les remèdes périmés proposés par l'Europe et le gouvernement fédéral nous plonge".

"Que va dire le Premier ministre à ces travailleurs? Va-t-il leur dire, droit dans les yeux, que ce qui les attend, c'est la dégressivité de leurs allocations de chômage s'ils ne retrouvent pas rapidement un emploi? "

Le sursaut politique réclamé par Ecolo doit viser à empêcher "tout dumping fiscal, environnemental et social à l'intérieur de l'Europe".

Marcourt: "Urgent de repenser la politique industrielle au niveau européen"

Le ministre wallon de l'Economie Jean-Claude Marcourt (PS) estime qu'il est "urgent et indispensable de repenser la politique industrielle au niveau européen", dans un message publié sur le réseau social Twitter. "Il y a la sécheresse des chiffres et il y a, aussi et surtout, les drames humains qu'ils recouvrent", ajoute-t-il sur son profil Facebook.

Jean-Claude Marcourt affirme qu'il prendra contact, dès ce jeudi, avec les organisations syndicales et la direction de Caterpillar "pour examiner le fondement de cette restructuration et toutes les pistes alternatives."

"Après les travailleurs de Ford Genk, après les Liégeois d'Arcelor Mittal, les travailleurs de Duferco et NLMK à La Louvière, après tous ceux des petites et moyennes entreprises qui, plus anonymement, payent aussi au prix fort la crise du libéralisme financier, c'est maintenant des centaines et centaines de familles dans le Hainaut qui sont touchées par le séisme annoncé chez Caterpillar et c'est d'abord et avant tout à eux que je pense", poursuit-il.

Le MR s'opposera à toute nouvelle pression fiscale sur l'emploi

Le Mouvement Réformateur a indiqué être "au côté des travailleurs" de Caterpillar. Le MR "insiste pour que lors du prochain contrôle budgétaire l'emploi ne soit pas soumis à de nouvelles pressions fiscales".

Le président du MR, Charles Michel, a indiqué avoir appris avec effroi la volonté de l'entreprise de Caterpillar installée à Gosselies de procéder au licenciement de 1.400 personnes. "Je pense d'abord évidemment aux travailleurs et à leurs familles qui paient un lourd tribu en perdant leur emploi. Les difficultés économiques du moment amènent beaucoup d'entreprises à prendre des décisions difficiles et douloureuses pour leur personnel", a-t-il déclaré.

Charles Michel a demandé "à toutes les forces vives carolos, wallonnes et fédérales de mener un combat juste pour les travailleurs de Caterpillar Gosselies". Il a appelé à un "front commun politique" et à une pleine collaboration entre partenaire sociaux pour tenter d'apporter la réponse la plus efficace à celles et ceux qui viennent de perdre leur emploi et pour permettre aux dirigeants de Caterpillar de maintenir une activité avec des perspectives de croissance à Charleroi.

Relayant le point de vue de son président de parti, le ministre du Budget Olivier Chastel a également insisté sur la nécessité de prendre en considération "l'impact sur l'emploi". Le maintien et la création d'emplois sont et doivent rester la priorité absolue du Gouvernement fédéral, a-t-il dit. Charles Michel a également plaidé pour que l'Europe se penche "enfin sérieusement" sur l'élaboration d'un projet industriel européen.